GIULIO FERRARI ROSÉ

La première cuvée du Giulio Ferrari Rosé Riserva del Fondatore a été élaborée en 2006.

À la fin du mois de septembre à la splendide Villa Margon s’est tenue la soirée de présentation du dernier né de la famille Lunelli, propriétaire de la Maison Ferrari Spumanti.

La Villa est située près de Trento, aux pieds du Mont Bondone. Datant de la Renaissance , de la moitié du XVIème siècle, la Villa comprend une demeure du XIXème siècle et une chapelle néo-gothique construite sur le site d’une plus ancienne.

Des journalistes italiens et étrangers ainsi que des propriétaires de restaurants haut de gamme ont participé au dîner préparé par le Chef étoilé Alfio Ghezzi. Le Giulio Ferrari Riserva del Fondatore 2007 a été servi avec deux mets différents, « Cèpe cuit dans une feuille de vigne , cru en salade et extrait à boire » et « Ravioli de poule, beurre et safran ». Le Giulio Rosé 2006 a été associé au  « chevreuil rosalpina et panais » et à la «  crème à la rose de damas ». Un dîner fantastique au cours duquel j’ai dégusté deux vins effervescents dont je parlerai plus tard. À la fin du repas , les bons viveurs de la soirée ont entonné en chœur des chansons accompagnés par un talentueux pianiste.

Le lendemain nous avons visité le vignoble Alto Margon et l’élevage d’abeilles qui préconise le retour à une apiculture durable , plus respectueuse de l’écosystème .

Après le déjeuner à la Locanda Margon, nous avons visité la Cave Ferrari.

L’organisation parfaite de ces deux journées est l’œuvre de la belle et compétente Michelle Bozzi, Sponsorship & events Manager de la Maison Ferrari F.lli Lunelli S.p.a.

Le thème de ces deux journées était la présentation du premier Giulio Ferrari Réserve du Fondatore Rosé cuvée 2006.

Je dois préciser que je ne suis pas un fan des rosés mais par contre j’aime les grands crus. J’ai été particulièrement surpris de découvrir un vin aimable, d’une grande complexité olfactive ; le meilleur rosé italien que j’ai jamais dégusté et qui donnera certainement du fil à tordre à plusieurs champagnes rosés. Je suis sûr qu’ à une dégustation à l’aveugle on pourrait le prendre pour un grand champagne rosé.

La production actuelle est de seulement 5000 bouteilles par an , réservée une clientèle du monde entier.

Boire ce rosé est une expérience unique .

Le Giulio Rosé est un assemblage de 80% de Pinot Noir et 20% de Chardonnay. Les raisins proviennent des vignes de la famille situés en hauteur. L’élevage sur lies dure 11 ans.

Notes de dégustation du Giulio 2007 et du Giulio Rosé 2006 :

GIULIO   FERRARI   RISERVA DEL FONDATORE CUVÉE 2007

(Cépage: 100% Chardonnay)

Robe jaune doré clair. Effervescence très fine et moyennement dense.

Le verre laisse s’échapper des arômes de pierre à fusil, enrobage de la dragée, notes intenses d’ananas, colle « coccoina » (lait de noix de coco et amande) et pomme reinette verte.

En évolution des touches intenses de cuir blond et d’immortelle (réglisse) suivies du caoutchouc, anis étoilé et s’achève sur de subtiles pointes de jasmin un peu fané.

En bouche les bulles sont fines, le corps moyen et nous offre des saveurs de pomme golden Smith, citron et cèdre.

Vin sapide, minéral , bien équilibré grâce à la copieuse fraîcheur.

La structure et la fraîcheur donnent à ce vin une majeure persistance.

  93/100

GIULIO   FERRARI RISERVA DEL FONDATORE CUVÉE 2006

(Cépages: 80% Pinot Noir 20% Chardonnay)

Il s’annonce par un vieux rose pâle. L’effervescence est très fine et assez abondante.

Au nez c’est un feu d’artifice d’arômes de tabac blond de la Virginie, eau de mer (pure , qui est un mélange de melon blanc et pulpe de l’anguria , près de la peau), résine de pin, herbes de montagne, racine de rhubarbe, confiture d’orange amère, sucre d’orge, immortelle( fleur qui a le parfum de la réglisse), cyprès et framboise macérée. D’autres sensations olfactives viennent compléter le tableau, fraise des bois, crème de sabayon, églantine, tamarin, silex ( pierre à fusil), selle en cuir, poivre blanc, colle « coccoina » ( lait de noix de coco et amande ) . Pour terminer des touches de coque d’amande.

Une analyse olfactive interminable et enthousiasmante.

Les bulles sont fines et caressent le palais. La saveur en bouche évoque le bitter et la framboise macérée.

Vin très sapide, minéral. Le corps est moyen et bien équilibré.

La sapidité et la fraîcheur rendent l’alcool imperceptible.

Les tanins sont intenses, délicats et soyeux. Longue persistance aromatique, finale marquée par le pamplemousse rose. 98/100

je vous suggère de partir à la recherche de ce vin effervescent exceptionnel, recherche qui ne sera pas facile du tout. Vous aurez le plaisir de le savourer et d’apprécier ses grandes qualités olfactives et gustatives .

Bonne chasse !

More from Paolo Baracchino

UNE JOURNÉE À COLLEMASSARI

Je connais Claudio Tipa , propriétaire de la maison viticole Colle Massari...
Read More