LE MERVEILLEUX MONDE DES BULLES – Maison Alain Thiénot

Fabio  et Daniel Balan ont organisé, il y a quelques mois , à l’occasion du cinquantième anniversaire  de leur société ,une verticale de Champagne  Alain Thiénot, dont ils sont importateurs exclusifs pour l’Italie,  et à laquelle j’ai eu le plaisir d’être invité .

J’aime  les champagnes dignes de ce nom et la Maison Thiénot produit  le type de bulles de bonne qualité que j’apprécie particulièrement.

Un bon champagne doit avoir des bulles fines et délicates . J’aime les observer se générer dans le verre  et s’élever aériennes à la surface . Les bulles doivent être fines et délicates non seulement à l’examen visuel mais aussi au palais. Il arrive d’être déçus par des champagnes qui semblaient parfaits à l’examen visuel mais ont une effervescence beaucoup trop forte

Fondateur de la Maison  est Alain Thiénot, sa fille Garance est  la directrice du marketing et de la communication, son fils Stanislas s’occupe de l’élaboration de chaque cuvée et de la promotion de la marque dans le monde entier. Stanislas, que j’ai eu le plaisir de rencontrer, est une personne aimable et disponible.

Les champagnes  brut millésimés de la Maison Thiénot sont un assemblage, selon les années ,de 60%-70% de Chardonnay et 30%-40% de Pinot noir.

La cuvée Alain Thiénot produite à partir de 1996 est un assemblage  composé de 60% environ  de Chardonnay de la Côte des Blancs et 40% environ  de Pinot Noir de Aÿ et de Grand Cru de la Montagne de Reims. Auparavant l’assemblage était composé de 60-70% de Chardonnay et 30-40% de Pinot Noir.

La cuvée Alain Thiénot est produite  seulement quand les  années sont  exceptionnelles et représente  donc l’expression d’un grand millésime.

La Maison est propriétaire de 27 hectares  dont un tiers de Grand cru et, en outre, 600 hectares par contrat avec des vignerons.

Depuis 1996 ils commencent à utiliser de moins en  moins le bois pour arriver en 2002 à utiliser seulement l’acier.

Je dois avouer que je ne connaissais pas très bien ce Champagne avant la dégustation. Expérience intéressante qui s’est déroulé en trois étapes, la première concernant la production jusqu’en  1995, la deuxième jusqu’en 2000 et la troisième à partir de 2002. Mes notes de dégustation mettent en évidence, du moins je le souhaite , les différentes caractéristiques olfactives et gustatives de chaque cuvée et chaque étape. Faire une verticale est une excellente opportunité pour mieux connaître un vin.

 

GRAND   CUVÉE   ALAIN    THIÉNOT        1988

Robe jaune or soutenu

Perlage très fin et intense

Nez riche caractérisé par des arômes de banane mûre , banane sèche et banane verte.

En évolution notes d’abricot sec , jujube  mûre, iode, brou de noix, écorce d’orange moisie ( le cône qui se forme sur l’orange quand elle est moisie) et pour terminer de plaisantes effluves de pâtisserie à la vanille.

La bouche révèle un perlage dosé et très fin qui enrobe délicatement le palais doublé de saveurs de citron et de cédrat.

La fraîcheur, grâce à une généreuse sapidité et minéralité, donne au vin un parfait équilibre mettant en retrait l’alcool. On perçoit une “onctuosité” modérée.

Long en bouche avec un arrière-goût de citron et cédrat et  en finale ,une plaisante note de sabayon.

J’ai noté une “ belle acidité”

Le boisé est très présent au nez , caractérisé par la banane mûre, sèche et verte et l’écorce d’orange moisie.

Bon équilibre entre les divers éléments  avec une fraîcheur encore vive qui laisse imaginer son ultérieur potentiel de garde .

92\100

 

GRAND   CUVÉE  ALAIN   THIÉNOT   1990

Paré d’une belle couleur jaune or brillant

Perlage  fin et intense

Des arômes qui évoquent la jujube mûre, l’iode, la graphite, le cuir frais ( velu),le miel, banane mûre, poivre blanc , cédrat confit, poivre blanc, abricot mûr,et fin du parcours olfactif avec un parfum intense de thé vert ( sachet de thé humide).

En bouche des saveurs d’agrumes et de jujube mûre perçus auparavant au nez.

Le perlage est fin et plaisant. La généreuse acidité et la sapidité dominent , sans aucune hésitation, l’alcool. Vin équilibré.

Assez long en bouche avec un arrière-goût de thé vert et finale de sabayon.

Le 1990 a un boisé moins présent au nez . Le perlage est plus intense à l’œil que celui du 1988

Le 1988  a une majeure minéralité et persistance aromatique que le 1990

90\100

 

GRAND  CUVÉE  ALAIN  THIÉNOT     1995

Robe jaune or clair

Perlage fin et intense

Il s’ouvre sur des notes balsamiques suivies de iode, pomme mûre, banane mûre, minéral, sabayon et finale de touches de cuir frais ( blond et velu)

Au palais le perlage est fin et on perçoit des saveurs de citron, de cuir frais, intenses, qui évoquent un peu l’anchois et les câpres pilés.

Parfaite harmonie , acidité \ sapidité \minéralité dominent l’alcool.

Long mais pas très long en bouche avec finale de citron suivi d’un plaisant et intense sabayon

Joli vin qui manque un peu de matière.

90\100

 

GRAND   CUVÉE   ALAIN   THIÉNOT   1996

Couleur jaune or brillant

Perlage fin et soutenu

Un éventail d’arômes caractérisé par l’origan, la pomme reinette, iode, citron, banane mûre, poivre blanc et pour terminer des parfums intenses de pomme reinette qui concluent plaisamment le parcours olfactif.

La sapidité et la minéralité , plus présents que d’habitude , se répandent dans la bouche avec la fougue d’un fleuve en crue, suivies de la plaisante note sucrée et de  peau de citron

Généreuse acidité qui avec la sapidité et la minéralité lui donnent un équilibre harmonieux.

Long en bouche avec finale de peau de citron et d’une légère et plaisante touche sucrée.

J’ai apprécié en particulier la généreuse fraîcheur qui laisse imaginer son grand potentiel de garde.

94\100

GRAND   CUVÉE  ALAIN  THIÉNOT   1999

Une belle robe dorée soutenue

Perlage fin et bulles abondantes

Le nez exhale des arômes de minéral, iode, poivre blanc, sabayon, légers, pierre à fusil, très intenses, agrumes, et pour terminer des effluves de tige de cyclamen coupée ( pour l’acidité) et d’herbe humide fauchée.

Au palais le perlage est plus intense que la norme mais plaisant.

La généreuse fraîcheur révèle son grand potentiel de garde. Vin équilibré , l’alcool est en retrait par rapport à l’acidité et à la minéralité.

Long en bouche avec un arrière-goût de citron et pour terminer des touches de sabayon.

Joli vin qui manque un peu de matière.

Le 1999 a donné, en général des champagnes avec une acidité très présente

91\100

 

GRAND  CUVÉE  ALAIN  THIÉNOT   2000

Couleur jaune or clair

Perlage assez fin et belle effervescence

Le parcours olfactif s’ouvre sur des arômes mûrs de fruits ( qui me rappellent la compote de fruits), pomme reinette et banane. En évolution, cuir frais , iode, sel et minéral ( pierre à fusil).

Au palais le perlage est un peu trop présent et les saveurs perçues sont de jujube mûre suivies de notes d’agrumes ( citron)

Vin assez équilibré , l’acidité domine l’alcool

Longue persistance aromatique intense avec finale de fruits mûrs.

Joli champagne mais je me suis demandé : Combien de temps va-t-il encore vivre ?

Il est vrai que chaque bouteille a sa propre histoire et il est donc impossible d’exprimer un avis définitif.

La fraîcheur est moins présente que dans les cuvées 1996 et 1999.

89\100

 

GRAND  CUVÉE   ALAIN   THIÉNOT   2002

Jolie robe couleur jaune paille.

Perlage fin et bulles très abondantes

Un nez riche et varié avec des arômes particuliers, différents des années précédentes. Le premier arôme perçu est celui du beurre d’arachide, en évolution citron, amidon de coton, iode, balsamique, pierre à fusil, intense, graphite et pour terminer des touches de cuir frais à peine tanné

Le palais est ravi par un fin perlage et une généreuse acidité de citron et pamplemousse jaune. Plaisante et abondante sapidité doublée de la minéralité.

Parfaitement équilibré, fraîcheur\ acidité \minéralité  dominent l’alcool

Long en bouche avec finale d’agrumes.

Champagne de garde , à mon avis, le meilleur de la verticale.

Quelques Maisons de champagne n’ont  pas su profiter de cette splendide année pour réaliser des champagnes dignes de ce nom . Ce n’est pas par hasard que cette Maison a produit un magnifique champagne, de garde, frais, minéral et avec une généreuse sapidité.

La différence entre les premières années de production et le 2002 est évidente et marque le début d’un nouveau processus d’élaboration du champagne. La minéralité et la sapidité sont au premier plan , le boisé n’est  qu’un lointain souvenir .

96\100

Written By
More from Press

UN VIN, UNE LÉGENDE

 Le Caberlot  est un vin de la Maison Il Carnasciale élaboré depuis...
Read More