WORLD WINE SYMPOSIUM 2012

Du 8 au 11 novembre 2012  a eu lieu dans les magnifiques locaux de  l’hôtel  Villa D’Este à Cernobio (Italie), la quatrième édition de World Wine Symposium sympatiquement  rebaptisée “La Davos du Vin” par son promoteur François Mauss, un salon international qui attire des producteurs du monde entier

De nombreux séminaires, conférences et dégustations  se sont tenus au cours desquels j’ai rencontré des producteurs toscans, italiens, étrangers, en particulier Aubert De Villaine propriétaire du Domaine De La Romanée -Conti et le propriétaire du domaine libanais Château Musar, Monsieur Serge Hochar. J’ai dégusté son excellent vin blanc 1991, qui peut être bu soit en apéritif soit au cours d’un repas avec différents mets . Vin surprenant comme son producteur. J’ai rencontré des amis et collègues du Grand Jury Européen , passionnés de vin comme moi.

Antonio Galloni dégustateur de Robert Parker pour l’Italie était présent lui aussi . C’est une personne aimable ,animée de la passion de déguster les vins , un fin connaisseur des crus Piémontais.La première année , j’avais remarqué une certaine correspondance d’opinions  en ce qui concerne l’évaluation des vins, aujourd’hui beaucoup moins.   A un séminaire je lui ai posé une question bien précise, lui demandant s’il était possible qu’une personne qui apprécie la finesse du nebbiolo et du sangiovese puisse donner aussi aimer les vins mûrs , confiturés et  très boisés, style Parker. Je lui aussi demandé si à son avis l’équilibre gustatif était important. Je n’ai obtenu aucune réponse .Je suis toutefois convaincu que l’opinion d’un journaliste faisant partie du groupe Parker a son importance d’un point de vue commercial. C’est malheureusement  vrai! Il suffit qu’un professionnel du secteur donne un avis positif sur un vin, qu’il le mérite ou non, pour que les ventes augmentent immédiatement. J’ai remarqué que Antonio Galloni qui est une personne sympathique, réservée avec une grande expérience,parle peu mais écoute attentivement. Beaucoup de producteurs lui font la cour  surtout pour ce qu’il représente…tout celà est bien triste.

Pour en revenir aux séminaires, les sujets abordés ont été intéressants, allant de  la médecine,à la globalisation ( quel vilain mot) du vin, au marché du vin en Russie, aux contrôles de la température pendant le transport intercontinental.

Il est évident que le moment le plus attendu , pour moi, était celui de la dégustation. La première a été une verticale de Masseto  vendanges :1995,  1998,  2001,  2002,  2006,  2007, 2008 et 2009, organisée par A.D de la propriété Giovanni Ghedes,  l’oenologue Haxel Heinz et le directeur général Leonardo Raspini.

J’avais déjà fait des verticales de Masseto mais je n’en avais jamais fait des dernières années de production. Je me souviens avoir fait une verticale en parallèle Masseto et Petrus et le Masseto 1998 était assez proche du Petrus 1998 qui était un vin prestigieux. Le 2001 et le 2004 aussi  sont dignes d’attention mais le 1998  reste à mon avis le meilleur. La deuxième verticale a été organisée par l’ami Pierre Lurton , directeur général et oenologue du Château d’Yquem  . Il nous a proposé des vins vendanges : 2005,  2001,  1990,  1988,  1982,  1970,  1967  et  1959  ainsi qu’un vin blanc sec Y de 2009. Expérience  intense et intéressante.

Le troisième séminaire a été tenu par Aubert De Villaine du Domaine de la  Romanée Conti. Nous avons dégusté le Richebourg et le Grand Échézeaux,  deux mini verticales , pour les deux vins,  vendanges : 2009, 1999, 1979  et le fameux 1966. À la fin nous avons eu le plaisir de déguster un vin blanc de la propriété, un Batard-Montrachet, dont la production annuelle est de quelques centaines de bouteilles, qui n’est pas en vente libre mais est offert aux hôtes du Domaine ou consommés par la famille. Depuis quelque temps j’envoie à Mr Aubert De Villaine une copie de la revue avec laquelle je collabore et il me répond toujours pour me remercier  manifestant un certain intêrét pour mes articles .Recevoir une lettre avec  l’en-tête du Domaine de la  Romanée Conti est une émotion incroyable!

Pour en revenir au séminaire, quand je me suis présenté à Mr Aubert De Villaine, il m’a souri et m’a remercié pour les articles que je lui envoie régulièrement. Pendant la verticale, je me suis complètement isolé, comme je le fais d’habitude, sans tenir compte des autres personnes présentes.

La dégustation terminée, François Mauss a interpellé plusieurs personnes présentes pour avoir leur opinion sur les vins. Après plusieurs tentatives, j’ai réussi à prendre la parole . Mr Aubert De Villaine me regardait satisfait et j’étais moi même ravi de pouvoir exprimer exprimer la joie et le plaisir qu’une telle dégustation avait suscités en moi. Avant de nous quitter, j’ai voulu ajouter quelques impressions personnelles, Mr Aubert De Villaine m’a  écouté  souriant , satisfait ,surpris par autant d’enthousiasme ; Je l’ai remercié pour la dégustation et il m’a répondu : “C’est moi qui vous remercie, maestro”. J’étais complètement abasourdi par un tel compliment.

Une des caractéristiques de  ce Symposium est  que les  vins  bus au cours des repas sont ceux apportés par les producteurs. Il faut donc avoir la chance d’être  assis à la bonne table  avec des producteurs qui tiennent à faire déguster aux autre convives des vins souvent rares.

Parmi les vins que j’ai bus, il y avait un Château d’Yquem 1933 et le porto Quinta do Noval 1880.

En ce qui concerne l’intensité du tanin, il est important que je précise que je la perçois sur la gencive supérieure.

L’intensité totale du tanin est de 6/6, c’est à dire toute la largeur de la gencive supérieure. Si le tanin est moins ample il sera par exemple 5/6 et ainsi de suite. La qualité du tanin est aussi fondamentale. Plus le tanin est important plus le vin est intéressant à condition qu’il soit aussi de bonne qualité.

CHÂTEAU  D’ YQUEM  , Sauternes  1933

Couleur  ambrée claire avec reflets cuivre

Il exale des notes de safran, intenses, miel, écorce d’orange moisie. En deuxième nez, arômes de sucette à la menthe, poivre blanc, beurre fondu, pâte de fruits,eucalyptus, camomille, intenses et finale de touches de caramel. Plaisante sapidité en bouche. Bon équilibre alcool/ fraîcheur .

Corps inférieur à la moyenne.

Long en bouche , finale de caramel

Joli vin , sensation de brûlure sur la gencive supérieure due à la présence de l’alcool qui quelque fois est supérieur  à la fraîcheur.

89/100

 

QUINTA  DE  NOVAL     Porto   1880

Robe ambrée

Richesse aromatique  éblouissante caractérisée par des arômes de datte sèche, menthe , amande, sabayon, légère sensation d’alcool, café froid, feuille de pêche, menthe, poivre noir, miel, figue sèche, chocolat et finale de touches de foin, pruneau et chlorophylle.

La bouche est séduisante, surprenante, friande, sapide , sucrée avec des saveurs intenses de datte sèche et réglisse. Grand équilibre , l’acidité dominant incontestablement l’alcool.Très longue persistance aromatique intense avec des  notes  variés et riches de réglisse, sabayon , datte sèche et figue sèche en finale.

Dans mes notes j’ai écrit :”bouche gourmande”

À l’analyse olfactive j’avais perçu une légère pointe d’alcool  que je n’ai pas retrouvée en bouche. Vin racé qui me rappelle un autre vin de même importance que j’ai bu il y a un an , le Marsala Florio 1840.

C’est un  excellent Porto de 132 ansqui mérite la meilleure note

100/100

 

TENUTA  DELL’ ORNELLAIA  Masseto  2009

(Cépage: 100% Merlot ) 15°

Couleur rouge rubis intense

Nez typé et généreux de prune, en évolution cerise, menthe, eucalyptus, poivre noir, noix muscade, coquille d’amande, cuir vieilli, réglisse, clous de girofle. L’analyse olfactive continue  sur des notes végétales, léger alcool, boisé, en particulier l’écorce d’orange moisie (typique du bon bois )notes floréales en particulier la rose rouge , caoutchouc et touches intenses de chocolat  en finale.

Après une attaque équilibrée, la fraîcheur et l’alcool s’alternent . Plaisantes sensations de chocolat, truffe noire,  prune et boisé au palais. Le tanin est doux, assez intense (5/6 –) soyeux pour ensuite donner une  légère sensation d’astringence à la gencive supérieure.

Corps un peu en dessous de la moyenne. Longue persistance aromatique intense. Joli vin qui a besoin encore de vieillir  en bouteille pour mieux harmoniser l’équilibre gustatif.

La structure restera la même

90/100

 

TENUTA  DELL’ ORNELLAIA   Masseto  2008

(Cépage: 100% Merlot ) 15,5°

Rouge rubis intense avec nuances pourprées

Nez ample et varié de menthe, eucalyptus, poivre noir, noix muscade, colle cocoïne, chocolat. Le deuxième nez laisse s’échapper des arômes de cerise, caoutchouc, peau tannée, laurier,  bonbon caramel  mou au lait, et notes  minérales de graphite en finale.

En bouche ce vin révèle un corps moyen et une plaisante saveur de prune.

Bien équilibré , la fraîcheur domine l’alcool

Le tanin est doux, épais, assez important (5/6) à l’attaque velouté pour devenir un peu asséchant en finale.

Sensation de poivre sur la langue en finale. Long en bouche. Le 2009 a un corps légèrement inférieur  et un tanin plus fin et soyeux  ; celui du 2008 est velouté et plus épais. J’ai attribué la même note au 2009 et au 2008, même si j’ai préféré le 2008.

90/100

 

TENUTA  DELL’ ORNELLAIA   Masseto  2007

( Cépage: 100% Merlot ) 15°

Ėtincelant rouge rubis avec disque  légèrement pourpre

Nez riche marqué prune, colle cocoïne, menthe, eucalyptus, cerise, graphite, intenses, truffe noire, cuir vieilli, poivre noir, note végétale, légers, jute et touches d’encre en finale.

En bouche on perçoit la saveur intense de chocolat, en évolution de cerise et de truffe noire.

Vin équilibré, moyennement charpenté.

L’intensité de l’alcool est inférieure par rapport à la fraîcheur  grâce à un tanin doux, soyeux et relativement important (5/6-) Longue persistance aromatique intense avec finale de tabac blond pour pipe aromatisé aux fruits secs ( cerise et prune). Le tanin est moins important que celui de 2008. J’ai perçu  en finale une légère sensation d’amertume qui pourrait être due à la note végétale  sentie à l’examen olfactif .

89/100

TENUTA  DELL’ ORNELLAIA   Masseto    2006

(Cépage : 100% ) 15°

Rouge rubis intense avec bords légèrement pourpre

Premier nez réduit , avec un peu d’aération il s’ouvre sur des arômes de cuir tanné, colle cocoïne, cerise, menthe, eucalyptus, huile de lin, camomille, légers, poivre noir, alcool, légers, chocolat, note végétale, et sucre d’orge à la menthe en finale.

Fruité  au palais avec prune , cerise et finale de chocolat.

Vin puissant, l’équilibre est parfois instable, l’alcool dominant quelquefois à l’analyse gustative. Le tanin est doux, velouté, important (6/6–) avec en finale une sensation d’assèchement et de brûlant sur la gencive supérieure.

Longue persistance aromatique intense, finale de chocolat.

Année difficile à Bolgheri, l’ alcool est très présent dû à un été particulièrement aride.

89/100

TENUTA  DELL’ ORNELLAIA   Masseto  2002

(Cépage. 100% Merlot ) 14,5°

Rouge rubis intense

L’analyse olfactive est caractérisée par la prune, graphite, intenses, peau, colle cocoïne, poivre noir, noix muscade et clous de girofle, intenses, gibier, légers,notes végétales, légers , arôme  intense de café en finale.

Bien équilibré en bouche mais manque de corps. Le tanin est doux, soyeux, fin, pas très épais mais assez important (5/6–). Bonne persistance aromatique intense avec finale de violette.

Année très difficile due à des pluies excessives; le vin est toutefois équilibré mais manque de corps et de longueur en bouche

Le bois est très présent et l’examen olfactif le révèle

88/100

TENUTA  DELL’ ORNELLAIA     Masseto  2001

(Cépage: 100% Merlot) 15°

Robe rouge rubis très intense

Nez  intéressant marqué truffe noire, cerise, prune, chocolat, menthe, eucalyptus, caoutchouc et finale de touches de café.

Acidité / alcool / tanin en parfait équilibre. Corps moyen, tanin doux, soyeux et important (6/6 –)

La fraîcheur domine incontestablement l’alcool. Long en bouche avec finale de chocolat et cerise

Excellente année pour le Masseto et pour l’Ornellaia

Le Masseto est élégant et bien équilibré

94/100

TENUTA  DELL’ ORNELLAIA   Masseto   1998

(Cépage : 100% Merlot )  14,5°

Grenat avec des reflets rubis

Nez très typé avec des arômes de terre , racine de rhubarbe, chocolat, cerise, truffe noire, intenses, jute, café torréfié, colle cocoïne, poivre noir, légers, prune, camomille, graphite, laurier, romarin, sauge, touches de bonbons aux fraises des bois en finale.

 Bien équilibré en bouche , l’acidité domine sans hésitations l’alcool. Le tanin est doux, soyeux, important (6/6 -)

Longue persistance aromatique intense avec finale de graphite, cerise et chocolat.

Depuis de longues années le Masseto 1998  est , àmon avis, le vin le plus prestigieux du domaine. Le 2001  et le 2004 ont été aussi de bonnes années mais d’une qualité légèrement inférieure

97/ 100

TENUTA  DELL’ ORNELLAIA  Masseto  1995    

(Cépage: 100% Merlot)  13,5°

Couleur rouge grenat

Il exale un nez séduisant de  touches d’encre  en évolution de peau tannée.

L’analyse olfactive se poursuit sur des arômes de menthe, jute,  poivre noir, anis, et fleurs fânées en finale.

En bouche on perçoit la confiture de cerise et le chocolat. Vin équilibré, moyennement stucturé. L’acidité domine l’alcool servie  par un  tanin doux, soyeux  et important (6/6–)

Longue persistance aromatique intense avec finale de confiture de cerise et tabac pour pipe aromatisé à la cerise sèche.

Vin pénalisé par des arômes pas très  distincts. Bouche supérieure au nez.

89/100

 

Passons maintenant à la verticale du Château d’Yquem

CHÂTEAU  D’ YQUEM  Sauternes  2005

(Cépage : 80% Semillon  et  20% Sauvignon )

Couleur jaune or clair

Somptueuse symphonie  d’arômes de safran, miel, camomille, menthe, poivre blanc, graphite, abricot sec, un peu vert ( pas tout à fait sec), amidon de coton, caramel, légers, cuir frais, très intenses qui évoquent les câpres et l’anchois, en finale confiture d’orange amère.

Crémeux, suave avec des saveurs de miel , caramel et abricot sec en bouche. Sapide et minéral, bon équilibre, l’acidité étant franchement supérieure à l’alcool.

Vin agréablement moëlleux, fin et élégant. Long en bouche avec finale de caramel . On perçoit le safran seulement à l’examen olfactif parce que le caramel domine en  bouche.

Vin  de grande classe , à mon avis supérieur au fameux 2001. Avec un peu plus d’acidité, il aurait été tout simplement parfait.

98/100

CHÂTEAU  D’ YQUEM  Sauternes  2001

(Cépage: 80% Semillon et 20% Sauvignon )

Brillant jaune or

Nez marqué par une importante note de safran suivie de miel, cuir frais, menthe, caramel, abricot sec et finale de touches de poivre blanc.

Attaque sucrée, sapide et arôme de miel . Il affiche un bon équilibre, l’acidité et la sapidité dominent l’alcool.

Vin  plus crémeux et fondant que le 2005. On perçoit le safran , le caramel  brûlé et la datte sèche.

Longue persistance aromatique intense avec finale de datte sèche et safran.

Le vin de cette bouteille avait le nez un peu réduit et réticent.

J’avoue avoir préféré le 2005 à l’excellent 2001

96/100

CHÂTEAU  D’ YQUEM  Sauternes  1990

(Cépage : 80% Semillon et 20% Sauvignon )

Robe  ambrée clair

Nez évolué et riche d’arômes de banane mûre, café froid, jute, menthe, poivre blanc, boisé, jujube mûre, camomille, intenses, miel, abricot sec, vicks vaporub, eucalyptus, et finale de cuir frais.

.Crémeux  et sapide en bouche, saveurs de sabayon et de confiture d’orange amère.

Vin équilibré , fraîcheur et acidité  supérieures à l’alcool . Longue persistance aromatique intense avec finale de caramel brûlé qui mitige le moëlleux.

Ce 1990 est moins crémeux que le 2005 et le 2001

Le 1990, le 1988  et le 1989 ont été trois années importantes pour le sauternes et ce 1990 le confirme.

96/100

CHÂTEAU  D’ YQUEM  Sauternes  1998

(Cépage : 80% Semillon et 20% Sauvignon )

Couleur ambrée clair avec nuances cuivre.

Il exale des arômes d’abricot sec, jute, poivre blanc, miel, menthe, datte sèche, safran, légers, coquille d’amande, finale d’apprêt ( amidon spray pour le repassage)

Moins savoureux que le 1990 mais beaucoup plus moëlleux, apparemment trop sucré avec des saveurs de miel intenses, abricot sec. Vin équilibré grâce aussi à sa sapidité.

Long en bouche avec finale de caramel brûlé et de confiture d’orange amère qui reéquilibrent l’excès de sucré perçu à l’attaque.

Le 1988 a un corps inférieur au 1990.

94/100

CHÂTEAU  D’YQUEM  Sauternes   1982

(Cépage : 80% Semillon et 20% sauvignon )

Couleur jaune ambre et reflets cuivre

Premier nez réduit, lentement il laisse s’échapper des arômes de miel, abricot sec, menthe, poivre blanc, légers, confiture d’orange amère, écorce de citron et écorce d’orange.

Sucré en bouche ,saveurs de miel, caramel brûlé et confiture d’orange amère.

Vin sapide, bien équilibré , l’acidité et la sapidité dominent la teneur en alcool.

Longue persistance aromatique intense avec finale de beurre fondu.

Corps inférieur par rapport aux vins de la verticale déjà dégustés.

92/100

CHÂTEAU  D’ YQUEM  Sauternes  1970

(Cépage : 80%Semillon et 20% Sauvignon )

Jaune ambré, reflets cuivre

Il exale des arômes de miel, abricot sec, menthe, coquille d’amande, camomille, confiture d’orange amère, miel, et finale de caramel.

Corps légèrement inférieur à la moyenne. Vin équilibré avec une bonne sapidité.

Longue persistance aromatique intense avec finale de safran suivie de  caramel. Légère sensation de brûlure sur la gencive supérieure.

Joli vin qui manque un peu de corps par rapport aux vins précédents.

Surprenantes la longueur en bouche et la persistance gustative .

90/100

CHÂTEAU  D’ YQUEM  Sauternes   1967

(Cépage : 80% Semillon et 20% Sauvignon)

Robe couleur jaune ambré et reflets cuivre

En premier nez il exale immédiatement  des notes balsamiques intenses d’eucalyptus, en évolution de miel, jujube mûre, safran, poivre blanc, abricot sec et pour terminer coquille d’amande.

Palais délicat caractérisé par des saveurs de safran, suivies d’abricot sec et caramel brûlé, intenses.

Vin équilibré, sapidité et fraîcheur supérieures à l’alcool.

Corps moyen, long en bouche avec finale de caramel brûlé, eucalyptus et confiture d’orange amère.

Je l’ai noté : rond et long

Vin intéressant et plaisant avec une finale gustative très longue.

97/100

CHÂTEAU  D’ YQUEM  Sauternes   1959

(Cépage : 80% Semillon et 20%  Sauvignon )

Jaune ambré couleur brique clair et reflets cuivre

Nez marqué cacao en poudre, beurre fondu, miel , abricot sec, datte sèche, eucalyptus, sucre d’orge, poivre blanc et finale de confiture d’orange amère.

La prise en bouche est moëlleuse, crèmeuse, très sapide avec des saveurs de miel, en évolution caramel brûlé qui équilibre le sucré du miel.

Bonne harmonie entre acidité / sapidité supérieures à l’ alcool.

Longue persistance aromatique intense avec finale de caramel brûlé. Vin intéressant très sucré et moëlleux mais équilibré grâce au caramel brûlé

93/100

CHÂTEAU  D’ YQUEM  “Y”     2009

Jaune paille presque incolore

Nez de feuille de rue, feuille de tomate, menthe, aubépine, poivre blanc, vanille, agrumes, et touches intenses de graphite en finale.

Sapide et minéral en bouche. Alcool et fraîcheur très présents et bien équilibrés.

Moëlleux, assez long en bouche avec finale sapide et d’agrumes.

Joli vin qui nécessite d’un peu plus d’acidité et de longueur en bouche.

89/100

A  suivre la mini verticale du Domaine de la  Romanée- Conti

DOMAINE  DE  LA  ROMANÉE – CONTI

GRANDS  ÉCHÉZEAUX   2009

Robe rubis nuancée pourpre et disque pelure d’ oignon

Arômes de tiroir de médicaments, menthe, eucalyptus, racine de rhubarbe, intenses, boisé, légers, cerise, framboise, terre humide, cacao en poudre, prune et finale de notes de caoutchouc.

Bouche racée de cerise et framboise.

Le déguster ravit le palais pour sa finesse , son équilibre. Corps moyen.

Le tanin est doux, fin, assez important (5/6–) à l’attaque soyeux et assez épais , en finale on a la sensation d’assèchement. L’acidité est bien présente et laisse présager un bon potentiel de garde. Longue persistance aromatique intense  avec finale de prune .

Le vin est jeune , la présence du tanin est supérieure par rapport aux vins de la même typologie.

93/100

DOMAINE  DE  LA  ROMANÉE- CONTI

RICHEBOURG   2009

Couleur rouge rubis , clair, transparent et bord pourpre clair

L’analyse olfactive met en évidence des arômes de fumé, poivre noir, noix muscade, intenses, clous de girofle, peau, framboise, intenses, prune, cacao en poudre et caoutchouc.

Bien équilibré en bouche, l’acidité est supérieure à l’alcool grâce à la sapidité et au tanin doux, épais, assez important (5/6-), à l’attaque soyeux pour ensuite donner une sensation légère d’assèchement sur la gencive supérieure.

Long en bouche avec finale de prune et fumé

Ce vin a une persistance inférieure au précédent. Vin intéressant avec un nez plus épicé par rapport au Grands Échézeaux

91/100

DOMAINE  DE  LA  ROMANÉE – CONTI 

GRANDS  ÉCHÉZEAUX    1999

Rouge rubis , bord pelure d’oignon

Une symphonie d’arômes avec café froid en relief, intense, jute et paille, intenses, suivis de poivre noir, truffe noire, noix muscade, framboise mûre, intense , étoupe trempée dans le vin , terre, menthe, eucalyptus, racine de rhubarbe, olives noires, iode, prune et une magnifique note floréale de pensée en finale. Moyennement charpenté et une légère note d’amertume à l’attaque en bouche. Vin bien équilibré, l’acidité dominant . Tanin doux, assez fin et important (5/6–)

Vin sapide et minéral. Long en bouche avec finale de réglisse

Un nez sublime supérieur à la bouche.

92/100

DOMAINE  DE  LA  ROMANÉE- CONTI

RICHEBOURG    1999

Couleur rouge rubis et trame pourpre

Un festival d’arômes de truffe noire et d’olive noire, en évolution de menthe, prune, framboise, terre, racine de rhubarbe, poivre noir, léger, eucalyptus, café, caoutchouc et jute en finale.

Bon équilibre , l’acidité ne fait pas percevoir l’alcool grâce à la sapidité et au tanin doux, fin et assez important (5/6–)à l’attaque soyeux ( il glisse comme la soie) et en finale donne une légère sensation d’assèchement

Long en bouche avec finale de prune

93/100

 

DOMAINE  DE  LA  ROMANÉE –CONTI

GRANDS  ÉCHÉZEAUX   1979

Rouge grenat clair avec de légères lueurs orangées

Nez marqué d’arômes de café froid, réglisse, rose rouge, intenses, menthe, framboise, truffe noire, intenses et finales de touches d’olive noire.

Bouche ronde dès l’attaque , acidité contenue mais supérieure à l’alcool. Vin sapide et minéral. Le tanin est doux, velouté, assez important (5/6–) et épais.

Long en bouche avec finale de rose rouge. Ce vin est celui qui a la plus longue persistance aromatique de tous ceux du Domaine dégustés au cours de cette mini verticale.

93/100

DOMAINE  DE  LA  ROMANÉE  -CONTI

RICHEBOURG   1979

Robe tuilée ( plus évoluée que le vin précédent)

Il s’ouvre sur des arômes de peau de banane moisie ( typique du bois de bonne qualité) écorce d’orange confite, poivre noir, cerise, truffe noire, assez intenses, framboise, et finales de légères touches de menthe.

Vin assez équilibré, l’acidité est en relief par rapport à l’alcool, même si de temps en temps l’alcool tente de dominer l’acidité. Vin sapide, corps moyen, tanin doux, velouté et assez important (5/6-)

Long en bouche avec finale d’écorce d’orange moisie. Soit au nez soit au palais on sent la présence du boisé de l’écorce d’orange moisie. En vieillissant , en principe cette sensation diminue, mais étant donné qu’il s’agit d’un vin qui a 33 ans cette caractéristique restera.

90/100

 

DOMAINE  DE  LA  ROMANÉE – CONTI

GRANDS  ÉCHÉZEAUX    1966

Rouge brique clair

Un nez séduisant d’arômes de café froid, jute, poivre noir, menthe, truffe noire, rose rouge, framboise, terre humide, intenses, olive noire, légers et finale de rouille.

La truffe noire est très présente en bouche. Une légère note d’amertume évoque la tige de cyclamen cassée. Vin minéral et sapide, alcool inférieur à l’acidité.

Le tanin est doux, soyeux et assez important (5/6+). Corps un peu en dessous de la moyenne. Long en bouche avec finale légèrement acide  et saveur de terre humide.

92/100

DOMAINE  DE  LA  ROMANÉE –CONTI

RICHEBOURG    1966

Couleur rouge brique clair

Il se distingue par ses arômes de réglisse, framboise, intenses, apprêt (amidon spray pour le repassage), poivre noir, menthe, terre humide, violette, racine de rhubarbe, légers, et touches de jute en finale.

La bouche est sapide et minérale avec des saveurs de truffe noire et de prune.

Vin équilibré, acidité en relief. Le tanin est doux, important (5/6++), à l’attaque velouté pour devenir asséchant en finale .

Long en bouche avec finale de jute

Ce vin a le tanin le plus important de tous les autres vins du domaine dégustés au cours de cette mini verticale.

93/100

DOMAINE  DE  LA  ROMANÉE – CONTI

BATARD – MONTRACHET     2007

Il présente une clarté lumineuse dans la trame chromatique, jaune paille intense avec reflets dorés.

Passant d’arômes intenses de pop corn à peine soufflés, à ceux de pierre de fusil, ananas, intenses, agrumes, sel, iode, poivre blanc, vanille et touches de menthe, le bouquet a la complexité inoubliable qui sied à un gran vin. L’attaque en bouche est ,elle aussi ,un pur ravissement. Vin très sapide et minéral, crémeux avec des saveurs d’ananas et de pierre de fusil. Parfaite harmonie entre acidité/ sapidité/ minéralité qui dominent l’alcool

Long en bouche avec finale de pierre de fusil.

Savoir que ce vin n’est pas en vente m’a particulièrement touché

C’est un vin jeune mais qui suscite déjà de fortes émotions.

98/100

En lisant  ces notes, on  se rend compte tout de suite que ces trois jours de dégustations ont été trois jours de joie et de délice et qu’on attend avec impatience l’année prochaine pour plonger à nouveau dans ce monde “divino”

Tags from the story
, , , ,
More from Paolo Baracchino

SAINT MORITZ – RESTAURANT: “DA VITTORIO”

Fin mars j’ai séjourné dans le splendide et rénové Hôtel Carlton de...
Read More