MERANO WEIN FESTIVAL 2015

 L’année dernière à Merano, pendant le Wine Festival, j’avais confié à Christian Bauer , journaliste autrichien, mon intention de faire une dégustation de vins blancs français et autrichiens, en particulier, le Chardonnay de Bourgogne et le Grüner Veltliner autrichien. Mon intérêt pour le cépage autrichien est né en 2006, à la suite d’un séjour en Autriche avec le Grand Jury Européen dans la région de Wachau. Je me souviens qu’à cette occasion nous avions fait une dégustation à l’aveugle et j’avais été agréablement  surpris par l’énorme potentiel de garde de ces vins. En principe leur fermentation malolactique, la transformation de l’acide maltique en lactique, est faite en bouteille . La première fermentation est celle alcoolique , celle du sucre en alcool. Si on déguste un de ces vins pendant la fermentation malolactique, on a une sensation de picotement sur la langue due à la présence d’une légère effervescence. Cela pourrait être considéré comme un défaut mais pas pour ce type de vin. De la même façon, je pourrais aussi dire que je n’apprécie pas les vins élaborés à partir de fruits trop mûrs, confiturés, style Nouveau Monde, mais si je pense à l’ Amarone , c’est toute une autre histoire.

À propos de la verticale de Grüner Vieltliner et de la dégustation à l’aveugle, j’avais été surpris de constater que les vins qui nous avaient été proposés étaient très vieux, parfaitement équilibrés, le plus ancien datait de 1936 et celui que j’avais préféré de 1947.

Mais pour quelle raison déguster en parallèle le Chardonnay de Bourgogne et le Grüner Veltliner ? La réponse ,à mon avis ,est simple. Ces deux vins ont des caractéristiques olfactives et gustatives communes. Ils sont sapides,  minéraux et normalement  très frais.  Le Grüner Veltliner laisse une sensation de sel sur les lèvres et sa minéralité augmente avec l’élevage en bouteille en outre la note d’hydrocarbure de kérosène est plus marquée. Les arômes sont ceux des Riesling alsaciens : l’aubépine ( qui rappelle le lait de noix de coco et amande) et les agrumes . En ce qui concerne leur potentiel.de garde , ces deux vins ont un parcours assez semblable.

Christian me considère un expert de vins français mais je dois avouer que j’aime tous les bons vins quelle que soit leur lieu de production. Christian a  sélectionné des vins autrichiens, quant à moi j’ai pensé aux vins français choisissant bien sûr des crus ayant un prix plus ou moins équivalent. J’ai contacté Fabio et Daniele Balan ainsi que Sauro Rafarelli, agent de commerce de l’importateur Sazzi Amadé qui ont accepté avec enthousiasme de participer à l’évènement .

Les bénéfices  de la dégustation devaient être dévolus à une association sans but lucratif. J’ai demandé à Christian de m’expédier les vins à Florence afin de les déguster en toute tranquillité et  de rédiger mes notes.

Le Wine Festival de Merano est un évènement unique ,  parfaitement bien organisé et qui compte la présence de producteurs nationaux et internationaux. En principe au cours de ce salon , quelques producteurs me font découvrir en avant première des vins qui ne sont pas encore commercialisés. Mon ami Sergio Antonini  que j’ai connu en 1988 durant le premier cours de l’Association Italienne des Sommeliers m’accompagne dans ce parcours de découverte  de vins à partir  des années 1988 .

Quand  je viens  à ce festival je loge toujours à Tirolo, à l’Hôtel Patrizia , une bonne adresse.

Cette double dégustation France- Autriche s’est déroulé le dimanche matin avec la participation d’un public nombreux et intéressé.

Notes de dégustation :

 

GRÜNER   VELTLINER 

WAGRAM  BRUNNTHAL  LETH  2014

Alcool 13%

Paré d’une robe jaune or assez soutenu, évolué.

Le riche éventail olfactif offre des  arômes intenses de poivre blanc, cuir blond et aubépine. En évolution sucette à la menthe, iode, pierre à fusil, légers de miel et note saumâtre. Le parcours se poursuit sur des touches de  mine de crayon, eau des huitres, fleurs de pêcher, barbe à papa ,colle « coccoina » ( une colle qui évoque l’arôme de noix de coco et d’amande)et s’achève sur des rappels de poire couleur rouille un peu mûre.

Vin assez doux en bouche , qui se caractérise par de saveurs de pomme reinette cuite au four et de caramel. Le sucré du caramel laisse la place à la fin à une légère pointe d’amertume.

Le corps est moyen mais tend à s’estomper . Bien équilibré, l’acidité, la sapidité et la minéralité maitrisent l’alcool . La structure qui tend  à s’estomper n’ a aucun impact sur  la persistance gustative. Fin de bouche de pierre à fusil et sel.

Le nez est nettement supérieur à la bouche.

La note de caramel et la pointe d’amertume sont  un peu insolites. Les raisins, au moment de la vendange étaient, paraît-il, un peu trop mûrs.

88\100

MACON  VERGISSON

«  LA  ROCHE »  VERGET 2014 

Alcool 13%

Couleur jaune paille et nuances gris cuivrées.

Un nez immédiat et riche d’arômes de pierre à fusil, en évolution l’amidon du coton, le jambon cuit type Prague, poivre blanc, menthe, eucalyptus, légers d’aubépine et de colle « coccoina »( lait de coco et d’amande), vanille, pêche à chair blanche macérée et s’achève sur l’épisperme ( note boisée de la peau fine du marron bouilli)

En bouche il offre des saveurs de citron, pamplemousse, une généreuse sapidité et minéralité. Moyennement structuré, vin assez bien équilibré . En finale l’alcool et la fraîcheur s’alternent.

Vin qui a de l’allonge, fin avec des notes minérales et d’agrumes. Toute dernière impression de brûlure sur la gencive supérieure.

89\100

GRÜNER  VELTLINER   WEINVIERTEL  DAC

Réserve  Rabenstein  2013  Durnberg

Alcool 13%   Sucre résiduel 3,0 g/l

Il s’annonce par un jaune clair et reflets gris.

Les arômes s’ouvrent sur le fumé du jambon de Prague que viennent compléter l’iode, la note saumâtre, la pierre à fusil, de légères  touches de poivre blanc, l’eau de roses  blanches, la menthe, le cuir blond ,  l’intense aubépine, colle « coccoina » (lait de noix de coco et d’amande), mine de crayon, légers de boisé, pain chaud, houblon et pour terminer peau à la fin de la phase de tannage.

Vin sapide et minéral, intense saveur de citron. Le corps est moyen mais tend à s’estomper. Belle homogénéité entre les différents éléments, fraîcheur, sapidité et minéralité mettent en retrait l’alcool.

Belle longueur de bouche, finale de citron et de sel.

Subtile sensation de brûlure sur la gencive supérieure à la fin et picotement sur la langue, typique de la fermentation malolactique faite en bouteille.

88\100

POUILLY  FUISSÉ

LOUIS  LATOUR  – CÔTE D’OR  2013

Alcool 13%

Robe jaune paille, reflets gris-or

Un premier nez d’ arômes  pas très nets qui laissent ensuite la place à des notes intenses de citronnelle et poivre blanc , effluves d’hydrocarbure comme le kérosène et l’essence. Le parcours olfactif continue avec l’écorce de citron, la pierre à fusil ,le savon blanc pour le linge, la menthe, l’eucalyptus, l’iode, le cuir blond et s’achève sur l’aubépine et la colle  « coccoina » ( lait de noix de coco et amande)

Sapide et minéral en bouche. Structure un peu effacée.

Bon équilibre, l’alcool est en retrait par rapport à l’acidité , à la sapidité et à la minéralité

Assez longue mais pas très longue la persistance gustative .

87\100

GRÜNER  VELTLINER

KAMPTAL  DAC  RÉSERVE  KÄFERBERG  1Ö TW  2013

BRÜNDLMAYER

Alcool 13,5%   Sucre résiduel 2g/l

Jaune paille soutenu , reflets gris- or.

La palette aromatique est riche et variée d’arômes intenses de pierre à fusil, poivre blanc, vanille, cuir blond. En évolution des notes subtiles de fruits exotiques mûrs ( mangue et papaye) , pomme, vanille, olive verte, sucré de la dragée, céleri  et fenouil frais, touche saumâtre, citronnelle, fleur d’agrume , sucré de la dragée, aubépine, lait de noix de coco et amande, menthe, légers d’eau de roses blanches, mine de crayon , boisé et pour terminer un soupçon de cendre.

Vin rond et suave en bouche. Généreuse sapidité et minéralité , saveurs de citron et pomme reinette un peu cuite.

Bel équilibre d’ensemble, la fraîcheur maitrise l’alcool. Corps moyen.

Long en bouche. À la fin on perçoit la sapidité , le boisé et une légère sensation de brûlure sur la gencive supérieure.

Picotement sur la langue dû à la fermentation malolactique en bouteille.

90\100

HAUTES   CÔTES   DE  NUITS

DOMAINE   MICHEL  GROS   2012 

Alcool  13%

Couleur jaune or clair , légères nuances  gris- cuivrées

Le nez est très marqué par des arômes intenses de pierre à fusil, iode, aubépine, lait de noix de coco, ananas, sucette à la menthe, menthe, boisé de l’épisperme ( peau fine du marron bouilli). Il évolue ensuite sur des  notes de poivre blanc, olive verte, mine de crayon et s’achève sur des touches balsamiques de menthe et eucalyptus.

La première gorgée surprend par la généreuse minéralité, la juste sapidité et les saveurs de citron et d’épisperme.

Vin à l’ouverture bien équilibré, ensuite l’équilibre devient instable et on a une légère sensation de brûlure sur la partie centrale de la langue .

Le corps manque un peu de matière.  Le vin devient maigre mais la note minérale reste en relief et lui donne une discrète persistance.

Fin de bouche d’olive verte. Subtile sensation de brûlure sur la gencive supérieure  .

88\100

GRÜNER  VELTLINER

NIEDEROSTERREICH  RÉSERVE  MX  ALTE  REBEN  2012

TAUBENSCHUSS 

Alcool 14%   Sucre résiduel 2,1 g/l

Il s’annonce par un jaune or assez soutenu.

Un bouquet d’arômes d’épisperme ( peau fine du marron bouilli) , d’intenses notes végétales  de géranium que viennent compléter la terre humide, iode, menthe, citron, légers d’iode, eau de roses blanches, touche saumâtre, racine de rhubarbe , cendre, léger d’eau de javel, intenses d’aubépine et pour terminer intense cuir blond et anchois .

Léger picotement sur la langue , sensation typique de la fermentation malolactique en bouteille.

Vin sapide et minéral , moyennement structuré. L’alcool cède le pas à l’acidité et à la minéralité. Bon équilibre.

Assez longue persistance aromatique , fin de bouche de cuir blond. et léger citron.

Une pointe d’amertume qui évoque le caramel en toute dernière impression .

89\100

MARSANNAY  2012

PHILIPPE  CHARLOPIN 

GEVREY  CHAMBERTIN

Alcool 13%

Couleur jaune paille soutenu, nuances or, gris ,cuivrées.

Les arômes du nez mettent en évidence le savon de Marseille et l’épisperme ( peau fine du marron bouilli). En évolution, subtile notes de sabayon, menthe, eucalyptus, beurre d’arachide ,écorce d’orange pressée, bonbon à la framboise, trognon de pomme , poivre blanc et pour terminer de légères touches de miel.

En bouche, inattendue est l’amertume du citron associée à un légère saveur d’ épisperme.

Vin doté d’une bonne sapidité et minéralité . Corps moyen, dosé, équilibre instable. L’alcool et la fraîcheur s’alternent .

Assez long en bouche, finale de citron et d’épisperme.

Subtile sensation de brûlure sur la gencive supérieure à la fin.

88\100

 

GRÜNER   VELTLINER 

KREMSTAL   DAC  RÉSERVE   DER  LÖS   2013  10  TW ( 1 LAGE)

GEBLIN    HERMANN  MOSER 

Alcool  13,5%  Sucre résiduel 1 g/l

Couleur jaune paille , reflets gris.

Une première impression d’arômes de citron, très intenses de pamplemousse jaune et note saumâtre, poivre blanc, légers de citronnelle, pêche à chair blanche, menthe, rouille ,aubépine, sucette à la menthe, colle « coccoina » ( lait de noix de coco et amande), amidon de coton et pour finir cuir blond.

Belle sapidité et minéralité en bouche.  Saveurs de citron et de pamplemousse jaune.

Vin qui a de la matière. En fin de bouche l’équilibre tend à devenir instable.

Longue persistance , finale de citron, sel. Toute dernière impression de sel et citron qui s’estompe et laisse une subtile pointe d’amertume et de cuir blond.

Légère impression de brûlure sur la gencive supérieure et  effervescence due à la fermentation malolactique en bouteille.

89\100

HAUTES  CÔTES  DE  NUITS  2102

DOMAINE  DOMINIQUE  GUYON

SAVIGNY  LES  BEAUNE

Alcool  13%

Robe jaune paille, nuances gris- cuivrées

L’analyse olfactive met en évidence des notes épicées assez intenses de poivre noir et noix muscade que viennent compléter la mine de crayon, peau de daim humide, intense boisé d’épisperme (peau fine du marron bouilli) et de cannelle, beurre d’arachide, iode, aubépine , colle « coccoina » et s’achève sur quelques touches de coriandre.

Vin sapide, minéral marqué par le citron. L’équilibre n’est pas parfait, en effet l’alcool s’impose  assez sur la fraîcheur.

Le corps tend à s’estomper et on perçoit une sensation de brûlure sur la gencive supérieure.

Assez long en bouche.

87\100

GRÜNER  VELTLINER

NIEDEROSTERREICH   ROSENTARTEN  RÉSERVE  2012

WALDSCHUTZ

Alcool  14%  Sucre résiduel 7,2 g/l

Légère effervescence dans le verre

Couleur jaune paille et reflets or.

La première impression est d’arômes intenses de craie humide, sucette à la menthe, cuir blond. Ensuite on perçoit la citronnelle, l’iode, la note saumâtre, la pierre à fusil ,l’aubépine, la colle « coccoina » ( lait de noix de coco et amande), des notes épicées assez intenses de poivre blanc, la racine de rhubarbe ,la petite poire commune et pour terminer la cendre.

Bonne sapidité et minéralité en bouche. Les différents éléments sont homogènes. L’alcool cède le pas à la sapidité et à la minéralité. L’équilibre tend à devenir un peu instable seulement à la fin.

Longue persistance , finale de citron et sel

Léger picotement sur la langue.

90\100

SAINT   AUBIN   1ER CRU BRUNO  COLIN

LE  CHARNOIS 

Alcool 13,5%

Il affiche une couleur jaune brillant nuancée gris cuivrée

Arômes sucrés du boisé de l’épisperme , tige de cyclamen cassée ( pour l’acidité), poivre blanc, intenses notes de savon de Marseille, aubépine et colle « coccoina » ( lait de noix de coco et amande).Le corps se révèle assez consistant à l’attaque mais ensuite tend à s’effacer légèrement ,laissant une pointe de boisé de l’épisperme, une note minérale et une légère saveur d’agrume.

Très minéral et sapidité bien dosée. Ce vin manque un peu d’étoffe et n’est pas très bien équilibré. L’alcool et la fraîcheur s’alternent .

Assez belle longueur de bouche, finale acidulée, boisée et dernière impression de beurre fondu.

87\100

Je tiens absolument à remercier les personnes qui ont permis la réalisation de  cette insolite découverte de vins français et autrichiens. En particulier , je remercie Mr Helmut Köcher ,  du Merano Wine Festival, les producteurs de vins autrichiens, Daniele et Fabio Balan, Claudia Sarzì et Christian Bauer. J’espère pouvoir organiser , l’année prochaine, une autre dégustation en parallèle, qui a bien mis en évidence les caractéristiques de ces vins, en particulier les notes minérales. L’expérience a été  plaisante et  , à mon avis apporté un plus.

More from Paolo Baracchino

VINS DE BORDEAUX – EN PRIMEUR 2014

Cette année j’ai eu la chance de pouvoir visiter le Suma et...
Read More