LE MERVEILLEUX MONDE DES BULLES – MAISON J. DE TELMONT

Savez- vous pourquoi j’aime boire ce champagne?  Parce que ses bulles sont fines  et plaisantes . C’est une des caractéristiques de cette Maison que j’apprécie particulièrement.

Le stress , le rythme frénétique de la vie et l’alimentation nous portent à avoir de plus en plus des problèmes gastriques. Quand une personne souffre de reflux gastro-oesophagien, elle devrait éviter certains aliments mais aussi les boissons gazeuses ou effervescentes naturelles agressives .

Je ne dis pas que boire du champagne ou des vins effervescents non agressifs soit  une panacée mais c’est en tout cas un des plaisirs  auquel je renonce difficilement.

J’ai connu la Maison De Telmont en juin 2003 au Vinexpo de Bordeaux , un mois de juin mémorable avec des températures allant jusqu’à 42 °. Boire quelque chose de frais était certainement un remède efficace  pour combattre la chaleur exceptionnelle.

C’est à cette occasion que j’ai connu le directeur général de la Maison Monsieur Philippe Parinet  et que j’ai eu le plaisir de déguster leurs champagnes même si à cette époque- là, je ne souffrais pas encore de problèmes gastriques.

Les champagnes de la Maison De Telmont m’ont tout de suite plu soit au nez qu’ en bouche . J’étais avec des amis et nous avons dégusté une dizaine de champagnes de différentes maisons , présentes à Vinexpo, maisons que nous ne connaissions pas bien et notre préférée fut la Maison  J. De Telmont.  Après cette première rencontre , j’ai commencé à m’intéresser à  leur production  en tant que client.

Ces dernières années la Maison  s’est pliée aux exigences du marché , modifiant sa bouteille , l’étiquette et la présentation mais la chose la plus surprenante a été de produire , en grand secret , un Pinot Meunier mono- cépage “ l’Héritage “ et de le lancer sur la marché en 2012 pour fêter les 100 ans de la Maison.  Ce sont des champagnes produits à partir de 1964, celui-ci est rosé, élaboré seulement quand les années sont excellentes ; la dernière année présente sur le marché est le 1992.

En 1964 seulement 130 bouteilles ont été produites. J’ai écrit un article sur cette Maison , il y a quelque temps et publié mes notes de dégustation sur la verticale de “ l’Héritage” années de production 1990, 1986, 1985, 1976, 1969 , 1985 rosé et 1964 rosé, verticale qui s’est déroulée à Florence, en première mondiale , à l’Hôtel Villa Cora. Une expérience unique, en effet il n’est pas facile de déguster des champagnes avec un Pinot Meunier comme mono-cépage.

La Maison J. De Telmont  , entièrement familiale a son siège social et son site de production  bien sûr en France, à Damery  dans la région Champagne.  Fondée en 1912 , la Maison est dirigée par la quatrième génération de la famille Lhopital, Bertrand et Pascale . Le directeur général est Philippe Parinet , personne très aimable,  passionnée de vins .

On a toujours quelque chose à apprendre,  et je n’aurais jamais cru de  déguster un champagne pas encore commercialisé et donc pas encore prêt à être dégusté et ensuite le déguster à nouveau deux ans après , à peine commercialisé et le trouver complètement différent .  Par exemple  il y a deux ans j’ai gouté l’Héritage 1992, en avant- première , c’est à dire avant qu’il ne sorte et je l’avais trouvé un peu décevant, peu expressif.  Quelle erreur! Une année après son dégorgement, au moment de son arrivée sur le marché, le champagne avait atteint son plein épanouissement. Je pourrais  comparer le champagne à un embryon qui se transforme petit à petit dans le ventre de la mère.. Cet exemple est un peu fort mais c’est ce que je pense. Ce 1992 est devenu un joli vin, qui mérite une grande attention pour sa complexité et sa finesse.

La Maison produit environ  de 1.200.000 à 2.000.000 de bouteilles par an, suivant les exigences du marché, sans jamais altérer la qualité des vins.

La majeure production est de Chardonnay provenant des meilleures zones de la champagne comme par exemple Avize et Chouilly.  La minéralité, la sapidité et l’acidité sont les caractéristiques de ce Chardonnay.

J’ai un bon souvenir du Blanc de Blancs  2005 qui avait une grande minéralité.  Ce champagne n’est plus sur le marché car terminé, c’est encore un vin très plaisant et extrêmement jeune.  J’ai un peu tendance à me répéter mais l’aspect positif de ces champagnes sont les bulles qui  caressent le palais et l’estomac.

La Maison a une large gamme de champagnes : un champagne classique le “ Grand réserve brut” non millésimé, composé de 1/3 de Chardonnay, 1/3 de Pinot Noir et 1/3 de Pinot Meunier, le “Grand Vintage” Brut millésimé, un assemblage de  40% de Chardonnay , 40% de Pinot Meunier et 20% de Pinot Noir. Le seul rosé de la Maison est le “ Grand Rosé Brut” non millésimé, composé de  85% de Chardonnay et 15% de Pinot Noir, vinifié en rouge  avec 15% de vins de réserve. Trois champagnes millésimés , tous avec mono-cépage Chardonnay sont le “Grand Couronnement” brut Grand Cru, le “Consécration” Grand Cru  et la “Cuvée O.R 1735” Grand Cru. De ce dernier champagne, la production annuelle est de seulement 5.000 bouteilles, le bouchon n’est pas retenu par un muselet mais par un morceau de corde. Il y a quelques semaines mon ami Sergio Antonini, importateur de ce champagne en Italie m’a téléphoné et m’a invité à déguster les derniers champagnes commercialisés de la Maison et deux champagnes qui doivent être encore mis sur le marché, l” Héritage 1995” et le “Grand Couronnement 2005”.

La dégustation à lieu à Florence, à l’Hôtel Villa Cora d’Antonella et Sandro Fratini.

Madame Antonella Fratini et le directeur du restaurant  Giampiero Puddu ont participé à la dégustation.

Comme d’habitude quand je dois déguster des vins et écrire des notes de dégustation, je m’isole complètement et me concentre sur les vins .

Je vais donc vous faire part de mes observations sur les champagnes dégustés:

 

BLANC  DE  BLANCS    2006

( Cépage ; 100% Chardonnay)

Couleur jaune paille et reflets or-verdâtres

Les bulles sont assez fines et abondantes.

L’examen olfactif s’ouvre sur des notes minérales intenses , en évolution de cuir frais , iode, sel, menthe, eucalyptus, citron, amande, pomme Granny  Smith, gaz méthane  et pour terminer de plaisants effluves de barbe à papa  .

Le palais est ravi par les fines bulles . Une généreuse sapidité est accompagnée de la minéralité et de saveurs d’agrumes, de pierre à fusil et de pomme reinette.

Parfait équilibre entre alcool/ sapidité/minéralité.  L’acidité est abondante mais plaisante.

Structure moyenne qui tend à s’estomper et à laisser la place à la fraîcheur qui petit à petit s’impose.

Persistance aromatique intense presque complète avec finale de citron et de sel.

À mon avis le 2005  avait une majeure minéralité, une saveur d’agrumes moins intense et une majeure persistance.

90/100

BLANC  DE  BLANCS   2008

(Cépage : 100% Chardonnay)

Pour le moment on trouve en commerce seulement le format magnum.

Le raisin arrive des zone s de production de la  Côte des Blancs, le  Sézannais et la Vallée de la Marne . Ce champagne est vinifié en cuve d’acier  et non en fût de chêne . Il est mis en bouteille 9 mois après la vendange et vieillit en bouteille de 3 à 6 ans avant d’être commercialisé. La production annuelle est de 40.000  cols environ.

Notes de dégustation

Robe jaune paille brillant avec reflets verdâtres et platine.

Les bulles extérieures sont plus grandes que les bulles intérieures mais con  la pause dans le verre elles deviennent plus fines et assez abondantes.

Au nez c’est une explosion d’arôme de pierre à fusil qui domine les autres senteurs ( il me rappelle pour cette caractéristique le 2005) , en évolution arômes de iode, eau salée ( pas l’eau de mer qui est différente), légers caoutchouc, légers sabayon, miel d’acacia, écorce de citron râpée, pétard à peine explosé, gaz méthane, résine de pin, beurre d’arachide , légers de poivre blanc, céleris frais, intenses de cuir frais ( le cuir frais quelquefois évoque l’anchois), savon de Marseille et pour terminer des notes  de fleurs blanches et jaunes.

En bouche on perçoit immédiatement une généreuse sapidité (sel) ,la  minéralité une note intense d’agrumes, citron. Vin bien équilibré, la fraîcheur domine absolument l’alcool.

Les bulles sont assez fines et plaisantes.

Long en bouche avec finale de citron, pamplemousse jaune et pomme granny Smith.

Joli champagne , assez complexe , qui a un grand potentiel  de garde.  C’est mon opinion à cette heure –ci,  mais toutefois, je pense que , dans un prochain futur , elle ne pourra être que meilleure.

91/100

 

GRAND  COURONNEMENT  BRUT  GRAND  CRU  2000

(Cépage : 100% Chardonnay)

Les raisins proviennent des communes de Avize et Chouilly.

Ce champagne est vinifié en cuve d’acier et non en fût de chêne.

Il est mis en bouteille 9 mois après la vendange et reste en bouteille de 6 à 8 ans avant d’être commercialisé. La production annuelle est de 25.000 unités environ.

Notes de dégustation :

Splendide jaune or brillant , bulles fines et abondantes.

Un éventail d’arômes de banane mûre , graphite, iode, intenses , jujube mûre , beurre d’arachide, menthe, eucalyptus, cuir frais, légers d’immortelle d’Italie ( Helichrysum italicum), dragée, intenses d’anis étoilé, fenouil sauvage, miel, intense de sabayon , abricot pas encore sec et pour terminer des notes de coque  d’amande .

En bouche il surprend pour sa plaisante onctuosité  et son corps, ainsi que sa sapidité et minéralité.

Vin équilibré doté d’une généreuse acidité, agréables saveurs de citron.

Les bulles sont fines et abondantes et les lèvres après la dégustation gardent une délicate note salée.

Long en bouche avec finale enthousiasmante et dominante de sabayon.

Champagne encore jeune mais qui déjà est très plaisant

94/100

 

GRAND  COURONNEMENT  BRUT  GRAND  BRUT  cuvée  2005

(Cépage : 100% Chardonnay)

Il s’agit d’un champagne millésimé qui n’est pas encore commercialisé et qui le sera dans un an environ.

Notes de dégustation :

Robe jaune paille avec reflets or brillant . Les bulles sont abondantes , fines à l’ouverture pour devenir ensuite très fines.

Un nez remarquable et riche d’arômes de banane mûre, iode, eau salée, cuir frais , origan, thym, intenses de sabayon , pierre à fusil , menthe , beurre d’arachide , pain brioché et pour terminer des notes de beurre à peine fait ( crème de lait).

Les bulles très fines ravissent le palais ainsi que les saveurs de citron, amande, pamplemousse jaune et rosé.

Vin équilibré, l’acidité est en relief sur l’alcool grâce aussi  à la sapidité et à la minéralité. Très long en bouche avec finale de pamplemousse rosé, pierre à fusil , citron , miel et sabayon.

Si pour la Maison ce millésime n’est pas encore prêt à être commercialisé, j’imagine comment il va évoluer.

Je lui ai trouvé une très longue finale gustative. Le 2000 est magnifique mais ce 2005 est nettement supérieur

95/100

 

CUVÉE  O.R  1735  GRAND  CRU   2002

(Cépage : 100% Chardonnay )

Les raisins proviennent de  Avize et Chouilly

La vinification se fait par assemblage, d’un minimum de 20% à un maximum de 100% en fûts de chêne.

Il est mis en bouteille 12 mois après la vendange et vieillit de 7 à 10 ans avant d’être commercialisé. La production annuelle est de 5.000 bouteilles environ. Le bouchon n’est pas retenu par un muselet mais par un bout de corde qui protège le bouchon de la même façon que le fil d’acier .

Notes de dégustation :

Couleur jaune or brillant et soutenu

Les bulles sont fines et abondantes .

L’examen olfactif révèle des arômes de tabac blond de Virginie, banane mûre, rouille , légers de raisin muscat d’Alexandrie, miel dattes sèches, menthe, caramel, eucalyptus , cuir frais , immortelle (réglisse), iode, intenses de sabayon, anis étoilé, intenses fenouil sauvage, camphre, pomme reinette flétrie, foin sec , légers écorce  de mandarine, poivre blanc, apprêt ( spray à base d’amidon pour le repassage) et pour terminer des rappels de coque d’amande et pamplemousse jaune .

En bouche on perçoit immédiatement des saveurs d’agrumes : pamplemousse jaune et citron en évolution de sabayon et de tabac blond de la Virginie.

Bien équilibré, généreuse acidité , minéralité et sapidité bien présentes.

Très long en bouche avec finale généreuse de sabayon.

À mon avis et à ma connaissance ce O.R 1735    de 2002 est le meilleur  produit jusqu’à présent. Ce champagne  est plus élégant que puissant,  et en bouche il est plus long que ample. Le nez est vraiment riche et plaisant.

Vin déjà prêt à être consommé bien que encore jeune. Il a un fort potentiel de garde .

94/100

 

HÉRITAGE     1992

Notes de dégustation

Jaune ambre avec reflets or cuivré.

Les bulles sont fines et abondantes.

Un nez intrigant avec des arômes d’origan, thym, immortelle, sabayon, jujube mûre, caoutchouc, gingembre, chinotto, intenses de romarin , iode, cuir frais, eau de rose, rouille, fines herbes , pomme reinette cuite et caramélisée, cèpe sec et pour terminer de plaisantes notes de graphite.

Il ravit le palais par ses bulles fines , sa généreuse sapidité et minéralité  et la note d’églantier. En évolution des saveurs d’immortelle et de foin. Vin équilibré, l’acidité , la sapidité et la minéralité offusquent totalement l’alcool.

Moyennement structuré , tend à s’estomper mais sa persistance aromatique intense est très longue avec finale d’immortelle, foin et tout à la fin de sabayon .

Grand champagne qui ressemble au 1990

93/100

 

HÉRITAGE     1995

(Cépage ; 100% Pinot Meunier )

Notes de dégustation :

Cette cuvée sera commercialisée dans deux ans environ, ce qui signifie que ce vin est encore au stade embryonnaire.

Robe jaune or soutenu et brillant avec reflets ambrés.

Les bulles sont assez fines et abondantes.

Il laisse s’échapper des arômes épicés de cannelle et curry, en évolution de rouille , iode, petits fours, menthe, thym, romarin, encens, tige de cyclamen cassée ( pour l’acidité), bonbon à la groseille, gingembre, sexe effréné, pain brioché et pointe d’eau salée.

Sapide et minéral , il  est doté d’une bonne structure. Vin bien équilibré caractérisé par l’acidité  alliée à la minéralité et à la sapidité mettant ainsi en retrait  l’alcool.

Très long en bouche avec un arrière- goût d’églantier et finale de sabayon.

Le 1992 peut être comparé au 1990 parce que tous les deux sont caractérisés par la maturité  alors que le 1995 se distingue par son élégance et la persistance gustative.

Le 1995 est  un vin jeune qui doit  encore s’exprimer complètement mais je le trouve déjà agréablement surprenant.

95/100

 

À la fin de la dégustation , la tension a disparu et j’ai envisagé un bon dîner à base de viande rouge et de viande blanche consommé avec les champagnes dégustés.

Tags from the story
, ,
Written By
More from Press

LE MERVEILLEUX MONDE DES BULLES – Maison Alain Thiénot

Fabio  et Daniel Balan ont organisé, il y a quelques mois ,...
Read More