SAINT MORITZ – RESTAURANT: “DA VITTORIO”

Fin mars j’ai séjourné dans le splendide et rénové Hôtel Carlton de Saint Moritz où se trouve le restaurant «  Da Vittorio » géré par Francesco Cerea. C’est un restaurant qui a une étoile Michelin mais qui est sur la bonne voie pour en obtenir une deuxième . Ces derniers temps , j’avais un peu déserté Saint Moritz, mais j’y suis revenu bien volontiers.

L’Hôtel Carlton a été totalement rénové, et offre à sa clientèle un hébergement haut de gamme. Les chambres à disposition ne sont plus 130 mais 60. Les  anciens salons n’ont pas été touchés par les travaux de rénovation et conservent un charme unique.

J’avais emmené mes skis mais j’ai renoncé car les conditions atmosphériques n’étaient pas très bonnes et j’ai eu peur de me faire mal et par conséquent de devoir renoncer à me rendre  à l’En Primeur de Bordeaux la semaine suivante.

Le samedi soir j’ai été invité à la présentation du nouveau modèle de la Maserati. Le restaurant «  Da Vittorio » a organisé le buffet , apéritif-dîner  de la soirée ,dans les locaux de la succursale de la Maserati ; les vins ont été offerts par la Maison Ferrari , de la famille Lunelli de Trente. J’ai eu le plaisir de faire la connaissance du directeur  marketing de la Maison,  le jeune Stefano Medici. Il m’a confié que la  Société Ferrari avait décidé, à juste titre à mon avis, de commercialiser ses vins après une plus longue période d’élevage en cave par rapport au passé, pour en améliorer la qualité. En effet, j’ai particulièrement apprécié la qualité des bulles. Auparavant , exception faite pour  Giulio Ferrari, réserve Fondatore, les autres vins mousseux commercialisés  avaient des bulles un peu grossières . Je suis fermement  convaincu que le Giulio  Ferrari , réserve du Fondatore est le meilleur vin effervescent italien.

De nombreux VIP qui fréquentent habituellement cette renommée station de ski, étaient présents à la soirée.

Terminée la présentation Stefano Medici m’a invité à dîner avec un petit groupe de personnes au restaurant Da Vittorio pour déguster et boire le Giulio Ferrari  réserve du Fondatore 2001.

Le menu était le suivant :

  • Sashimi de perche accompagnée d’une sauce au  miso et quinoa croustillant
  • Langoustine à la vapeur assaisonnée d’une mayonnaise légère et sauce au citron
  • Linguine à l’écrevisse , pesto et pignons
  • Chevreau confit agrémenté de panais et mostarda de Crémone
  • Mousse de groseille et sorbet de banane et marshmallow
  • Eldorado : fantaisie au chocolat avec orge et caramel

Pendant le dîner j’ai écrit quelques notes de dégustation sur le vin qui nous a été servi

Robe jaune or. Bulles fines et abondantes

Du verre s’échappe de plaisants arômes d’amidon de coton, pierre à fusil, iode, fenouil frais, cèleri frais, anis, léger épisperme ( peau fine du marron bouilli), citron, légers de poivre blanc, vanille et fin de nez de notes de noisettes grillées.

Le palais est caressé et ravit par une bulle fine et délicate. Vin sapide ,minéral, doté d’une structure moyenne , bien équilibré  et qui conjugue fraîcheur et sapidité.

Belle longueur de bouche avec fin de bouche d’agrumes. Une cuvée bien réussie

94/100

Superbe soirée pour les mets savoureux, le Giulio  Ferrari et les convives. Pendant le repas nous avons assisté au merveilleux spectacle de la nature, une abondante chute de neige, assez insolite fin mars.

Le lendemain matin je suis reparti pour Florence, et le mauvais temps ( neige, pluie, grêle) m’a tenu compagnie pendant tout le voyage.  Je suis absolument satisfait de mon séjour à Saint Moritz qui m’a permis de savourer des mets fantastiques, de boire des bulles d’auteur, de séjourner dans un superbe hôtel et de conduire  dans les rues de la station de ski une fantastique  Maserati dont le vrombissement évoque celui de la Ferrari.

En tant qu’Italien , je me sens un privilégié car nous avons des excellences que le monde entier nous envie comme , l’art de faire de grands vins, la gastronomie, la mode, les automobiles, les monuments, les villes d’art…. la liste est longue .

Pour une gastronomie de haut niveau, il faut non seulement beaucoup de  talent mais aussi d’ excellents ingrédients, et c’est ce  binôme qui fait du restaurant «  Da Vittorio » un haut lieu de la gastronomie.

More from Paolo Baracchino

PIAGGIA EN VERTICALE

Une brève introduction pour signaler que le directeur de la nouvelle revue...
Read More