MERANO WINE FESTIVAL 2017

Le temps s’échappe, il file entre nos doigts! Novembre est arrivé et j’ai l’impression que seulement quelques semaines se sont écoulées depuis Le Festival de Merano 2016,alors qu’une année riche d’émotions , de rencontres et de dégustations est déjà passée.

J’adore aller à Merano, j’aime ses montagnes, ses jolies maisons aux balcons fleuris, ses hôtels qui vous réservent un accueil chaleureux dans un cadre agréable et relaxant. Comme d’habitude, j’y suis allé avec mon ami Sergio Antonini , mon photographe de confiance avec lequel j’ai participé à de nombreuses et importantes dégustations de vin. Nous sommes partis de Florence le vendredi et sommes arrivés tranquillement dans l’après midi à l’hôtel Patrizia à Tirolo , à quatre kilomètres du centre de Merano. Nous avons tout de suite fait une légère collation à base de speck , de cornichon au vinaigre et de champagne Guy Lamandier Rosé , BSA.

Vin qui s’annonce par une couleur vieux rose, perlage assez fin , puis très finet assez abondant. Le nez révèle des arômes de framboise, anis étoilé, réglisse, camomille, cuir blond, apprêt pour le linge et s’achève sur des pointes de poivre noir. En bouche le vin est équilibré, la fraîcheur maitrise l’alcool. Le corps est moyen, l’effervescence est assez fine mais pas optimale. Saveurs de framboise, racine de rhubarbe, camomille et pamplemousse rose. Long en bouche, finale qui évoque le bitter et le pamplemousse rose (90–/100).

Après cette agréable collation dans un cadre familier et relaxant, nous sommes allés nous reposer avant d’aller dîner au restaurant de l’hôtel. À Merano, il est indispensable de choisir entre boire et conduire car les contrôles de police sont très sévères. C’est pour cette raison que nous avons choisi de dîner à l’hôtel car je voulais déguster deux vins que mon ami Ringo de Travagliato (BS) , importateur de vins de Bourgogne m’avait offerts et boire aussi un Barolo, le Massolino Margheria 2012.

Le menu proposait un vaste choix de plats de viande et de poisson et nous avons bu les vins suivants :

Domaine Joseph Roty Gevrey Chambertin 2014

Robe rouge rubis. Arômes variés de framboise, cerise, pointe sucrée du boisé, menthe, eucalyptus, laurier, sauge, selle en cuir, légères touches de boîte de cigares, peinture à l’huile, gousse de petit-pois et pour terminer des notes de peau en fin de procédé de tannage.

La bouche révèle un corps moyen et un bon équilibre entre fraîcheur et alcool même si à la fin cet équilibre devient légèrement instable (défaut d’un vin jeune qui s’estompera avec l’élevage en bouteille). Les tanins sont doux, soyeux, presque totalement intenses (6/6-).Belle persistance aromatique, finale de framboise, boisé, romarin et eucalyptus

(94/100)

Nous avons bien apprécié ce cru qui avec l’oxygénation dans le verre devenait plus plaisant . Nous sommes ensuite passés au Barolo Massolino Margheria 2012

Couleur rouge rubis et reflets grenat clair.

Il s’ouvre sur des arômes de rouille assortis de notes d’iris, menthe, eucalyptus, de subtiles touches d’étable et de cirage ( baie de genévrier), rouleau de réglisse, anis étoilé, ambre et s’achève sur des touches de fraise des bois.

Corps moyen, vin bien équilibré, doté d’une généreuse sapidité et minéralité. La fraîcheur et les tannins maitrisent l’alcool.

Les tannins sont doux, assez intenses (5/6++), soyeux à l’attaque, ensuite légèrement asséchants sur la gencive supérieure. Long en bouche.

(93/100)

À la fin nous avons bu un Pinot Noir le Meo Camuzet Vosne Romanée 2009.

Il affiche un rouge rubis nuancé grenat.

C’est un mélange d’arômes de framboise, cerise, menthe, eucalyptus, poivre noir, noix muscade, bonbon à la framboise, note boisée, réglisse et mine de crayon.

Bien équilibré, la fraîcheur est en relief sur l’alcool. Les tannins ne sont pas très intenses (4/6++), soyeux en première impression ensuite donnent une légère sensation de brûlure sur la gencive supérieure.

(91/100).

J’ai terminé la soirée en dégustant un whisky non filtré et un cigare toscan « Moro »

Le lendemain le salon ouvrait ses portes à 10h mais avec mon ami Sergio , comme d’habitude ,nous avons réussi à entrer à 9 h pour voir où étaient situés les différents stands et pour nous informer sur les séminaires de vin. Nous avons obtenu deux places pour celui de Giorgio Grai et celui du Domaine « Quintodecimo » d’Avellino . Les séminaires organisés par Helmut Köcher, patron du festival sont toujours très intéressants.

Ensuite nous avons fait le tour de quelques stands pour déguster des Barolo, un vin que j’apprécie particulièrement.

L’ami piémontais Paolo Coppo nous a proposé le blanc Monteriolo 2013, très peu boisé. Au stand de la Toscane, j’ai dégusté le plaisant Chianti La Forra 2015 et le Pareto , deux vins élaborés par la famille Folonari.

Martino Manetti nous a proposé un plaisant Pian di Ciampolo 2015 , troisième cru du Domaine Montevertine , un vin léger qui se laisse facilement boire. J’ai aussi dégusté en catimini, le Pergole Torte 2015 et le Montevertine 2015, des vins incroyablement complexes , élégants et structurés. Je prévois un très grand avenir pour ces deux crus.

Nous sommes ensuite passés aux vins blancs de l’Alto Adige , qui ne déçoivent jamais et sont toujours aussi plaisants. Au stand de la Sicile j’ai fait une mini verticale 2011, 2012 et 2013 des vins de Faro Palari. Tous excellents mais le 2012 est un cran au-dessus des autres. Au cours de ces dégustations, je n’ai pas pris de notes mais j’ai essayé de mémoriser le plus possible.

Au déjeuner avec Mauro Vannucci, propriétaire du Domaine Piaggia ,nous avons mangé une saucisse de Francfort cuite au grill et je n’ai pas pu m’empêcher d’y ajouetr de la moutarde.

L’après midi nous avons continué notre visite aux stands de la Toscane, de Bordeaux et d’Autriche. En fin d’après midi nous avions la bouche un peu stressée et nous sommes donc rentrés à l’hôtel boire un champagne Telmont Grande Réserve pour nous libérer des tanins ; un champagne, non millésimé, rond avec des bulles fines.

Nous avons mangé un peu de speck, commenté les vins dégustés, en particulier ceux que nous avions le plus appréciés et ensuite nous sommes allés nous reposer

Le soir nous avons dîné au restaurant de l’hôtel après avoir bu un Negroni en apéritif. J’étais curieux de goûter un Pinot Noir suisse que le sympathique et gentil propriétaire de l’hôtel Florian désirait nous faire boire.

Menu à base tartare de viande, lasagne et un savoureux filet de bœuf, le tout servi avec un vin blanc français et un des deux vins que m’avait offerts Fabio Ringo .

 

Benoit Ente Puligny Montrachet 2014

Couleur jaune paille limpide.

Nez un peu timide qui offre des arômes d’amidon de coton, ananas, menthe, peinture à l’huile, notes sucrées du boisé, cuir blond et s’achève sur des touches de marron bouilli avec le fenouil sauvage séché.

Le corps est moyen. Vin sapide, minéral, bien équilibré, la fraîcheur maitrise l’alcool. Long en bouche, finale de citron. On a une dernière impression de légère brûlure sur la gencive supérieure, due sûrement au fait qu’il s’agit d’un vin encore très jeune.

94/100

Avec le filet et le plat de fromages nous avons bu le Pinot Noir suisse.

Davaz Uris Flascher 2015

Robe rouge rubis.

Nez orienté sur des arômes de vanille, notes intenses de mine de crayon, framboise, poivre noir, noix muscade, menthe, eucalyptus, peau en fin de procédé de tannage, clous de girofle et s’achève sur des touches de laurier.

Plaisant en bouche, moyennement structuré, bien équilibré, l’alcool est en retrait par rapport à la fraîcheur et aux tanins.

Les tanins sont doux, assez intenses (5/6+), soyeux à l’ouverture ensuite donnent une sensation de brûlure sur la gencive supérieure. Longue persistance, finale de vanille. Vin style moderne.

92/100

Nous sommes enfin allés nous reposer pour mieux affronter la journée intense du lendemain. Le matin à mon réveil j’ai aperçu de la fenêtre de ma belle et confortable chambre les sommets des montagnes enneigés. Après le petit déjeuner nous avons continué notre tour de dégustations des vins de Carmignano, Piaggia et Capezzana. De ce dernier domaine j’ai apprécié un excellent Sangiovese mono cépage dédié à Ugo Contini Bonaccossi ainsi qu’un superbe Vin Santo 2010. De la première propriété j’ai bien aimé le Cabernet Franc, Poggio dei Colli 2015 qui à mon avis est supérieur au 2014. Après avoir dégusté quelques autres vins nous nous sommes rendus au stand Gourmet où on peut trouver un choix sélectionné de spécialités gastronomiques

Après avoir mangé un toast, à 13 h nous sommes allés à l’hôtel Terme pour le séminaire de Giorgio Grai que je ne connaissais pas mais dont j’avais déjà entendu parler.

Giorgio Grai est un œnologue bien connu dans le monde du vin, spécialisé en viticulture et œnologie , œnologue consultant de plusieurs maisons vinicoles.

Giorgio Grai a environ 87 ans ; il produit ses propres vins . Avant de commencer la dégustation Mr Grai, ravi de pouvoir grâce à ce séminaire proposer et faire apprécier ses crus, a salué et remercié les participants. Il a parlé du monde du vin, a comparé le Nebbiolo au Pinot Noir pour la couleur, les tanins, les arômes et les saveurs. Je suis d’accord avec lui et j’y ajoute le Sangiovese. Son intervention a été très plaisante et intéressante .

Avant d’écrire mes commentaires sur les vins dégustés je dois préciser que je perçois la puissance des tanins sur la gencive supérieure. L’intensité totale correspond à 6/6, c’est-à-dire tout la largeur de la gencive supérieure. Si l’intensité est inférieure, elle sera de 5/6 et ainsi de suite. Plus les tanins sont puissants plus le vin est digne d’attention, mais ils doivent aussi être d’excellente qualité.

Passons maintenant aux vins dégustés.

GIORGIO GRAI ESPRIT DE SILÈNE 2013

Vin produit en France, Languedoc et Montagnac

Il s’annonce par un jaune paille nuancé gris-vert.

Vin qui s’ouvre sur des arômes intenses de camomille que viennent compléter des notes de raisins secs, menthe, légères touches de poivre blanc, boisé, subtiles pointes d’eucalyptus, maquis méditerranéen, iode, savon de Marseille, châtaigne bouillie avec du fenouil sauvage sec et s’achève sur des notes sucrées d’épisperme ( peau fine du marron bouilli).

En bouche il se révèle souple, rond, sapide et minéral. La structure est moyenne, à peine suffisante. En première impression le vin est équilibré mais à la fin l’équilibre est un peu instable, l’alcool et la fraîcheur s’alternent.

Longue persistance, finale de maquis méditerranéen et une note sucrée de   flétrissure .

                                                                                                                     89/100

 

 

GIORGIO GRAI Pinot Blanc 2001

( Haut Adige mis en bouteille en 2015)

Robe jaune paille et légers reflets gris-vert

Premier nez qui met en évidence une note intense de vanille, en évolution arômes de cuir blond, poivre blanc, menthe, eucalyptus, aubépine, légères touches de mangue et papaye, citron, colle « coccoina »( lait de noix de coco et amande) et épisperme.

Le corps est moyen. Vin bien équilibré, l’acidité maitrise l’alcool. Long en bouche, finale de citron.

                                                                                                                     93/100

 

 

VERDICCHIO VILLA BUCCI 1997

( Magnum 1ère année de production 1983)

Il s’annonce par un jaune or.

Au début du parcours olfactif, on perçoit des arômes de camomille, coque d’amande, beurre fondu, fleurs jaunes mûres, cuir blond, menthe, subtiles notes de poivre blanc, écorce de citron râpée et pour terminer des pointes de vanille.

Souple et saveur beurrée en bouche, la copieuse acidité lui donne un bon équilibre.

En première impression le corps est moyen mais tend à s’estomper. Goût de fruits mûrs.

Vin qui a de l’allonge.

                                                                                                                                    92/100

 

 

DOMAINE DE SILÈNE 2013

(Cépages : Grenache, Syrah, Cabernet Sauvignon et Petit Verdot)

Couleur rouge pourpre qui dénote son jeune âge.

Nez intense et varié d’arômes de pruneau sec, olive noire, notes sucrées du boisé, peau tannée, poivre noir, noix muscade, maquis méditerranéen, racine de rhubarbe, cendres de la cheminée et s’achève sur des pointes d’ambre.

En bouche il révèle une saveur qui évoque le pruneau sec. Vin équilibré, l’alcool est mis en retrait par l’acidité et les tanins.

Les tanins sont doux, épais, pas très intenses (4/6+), veloutés à l’attaque ensuite donnent une légère sensation de brûlure sur la gencive supérieure.

Longue persistance gustative.

                                                                                                                                   92/100

GIORGIO GRAI 2000

(Trentin- Cépages : Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc et 5% Merlot)

Robe rouge grenat et fin disque orange

Les arômes évoquent le gibier, laurier, sauge, pruneau sec, foin sec, chlorophylle, feuilles mortes, humus, menthe, eucalyptus et pour terminer des notes épicées de poivre noir et noix muscade.

Au palais le vin est équilibré. Les tanins sont doux, assez intenses (5/6–), veloutés à l’ouverture puis légèrement asséchants sur la gencive supérieure. Corps moyen, longue persistance gustative et fin de bouche de pruneau sec.

                                                                                                                                  93/100

BATASIOLO   BAROLO   1995

Rouge grenat nuancé orange.

Nez immédiat et varié qui offre des arômes de gibier, pruneau sec, foin sec, chlorophylle, humus, feuilles mortes, anis étoilé, terre humide, truffe noire et s’achève sur des notes balsamiques de laurier et romarin.

Ce cru ravit le palais par sa plaisante et copieuse acidité qui confère au vin un parfait équilibre. Moyennement structuré. Les tanins sont intenses (6/6–), doux, soyeux à l’ouverture puis légèrement asséchants sur la gencive supérieure à la fin.

Long en bouche, finale de pruneau sec, foin sec et chlorophylle.

Grand vin !

                                                                                                                                    96/100

GIORGIO GRAI Moscato Rose 2010

Robe rouge grenat clair et fin disque orange.

Vin qui joue dans la sphère aromatique du raisin muscat passerillé, datte sèche, olive noire, rose rouge flétrie et pour terminer des pointes de peinture à l’huile.

Saveur sucrée et de datte sèche. Le corps est moyen. Vin bien équilibré, l’acidité domine sans hésitation l’alcool.

Longue persistance gustative , finale de sucre d’orge.

                                                                                                                                   95/100

 

PAUL MAS Prima Perla

Crémant de Limoux s.a

(Cépages : Chardonnay, Chemin, Pinot Noir et Manzac)

Couleur jaune paille . Effervescence très fine et abondante.

Arômes de banane mûre, poivre blanc, et enrobage de la dragée .

Vin moelleux, les bulles sont fines . Saveur de citron. Bon équilibre, corps moyen.

Long en bouche, finale de bonbon à la framboise.

                                                                                                                                   87/100

La dégustation a été très intéressante et je suis intervenu plusieurs fois en faisant des observations sur les arômes et les interprétations gustatives.

Le deuxième séminaire concernait les vins du Domaine vinicole de la Campanie « Quintodecimo » qui est situé à Mirabella Eclano . Je ne connaissais ni le domaine ni le propriétaire Luigi Moio, professeur universitaire à la Faculté d’Agronomie de Naples.

Luigi Moio a commencé la session en parlant de son expérience et de sa décision d’acquérir des terrains et produire des grands vins rouges caractéristiques du terroir.

Il a parlé de ses études en France, de sa rencontre et la successive amitié avec Luigi Veronelli et c’est à ce moment précis que j’ai compris que Luigi Moio est un grand expert, passionné de vins qui aime les vins de Bourgogne et en général les crus qui ont du caractère.

Pendant la dégustation, je lui ai fait part de mes impressions olfactives et gustatives . Il a été surpris et satisfait. Il était tout à fait d’accord avec moi. La personne qui a présidé la dégustation a fait des affirmations que je n’avais jamais entendu dire . En effet outre l’équilibre gustatif qui est essentiel comme l’affirme Émile Peynaud père de l’œnologie mondiale ainsi que le regretté Giacomo Tachis père de l’œnologie italienne, cette personne a déclaré percevoir les tanins sur la gencive supérieure. Tout à fait vrai !

Luigi Moio est intervenu souvent donnant une grande importance aux arômes. Incroyable, j’étais surpris, ému, finalement j’avais trouvé quelqu’un qui parlait le même langage.

À la fin je suis allé féliciter Luigi Moio qui m’a dit avoir écrit et publié un livre sur les arômes «  Il respiro del vino ». Il m’a invité à le lire et à lui téléphoner pour lui faire part de mes impressions. Je l’ai tout de suite acheté. Ce volume est important pour moi car il me permettra de mieux comprendre les arômes que seulement un expert en chimie est en mesure d’analyser et de communiquer.

Les vins proposés sont tous élaborés avec un seul cépage Aglianico 100%. La vigne Quintodecimo plantée en 2011, couvre une superficie de deux hectares, est située à 420m au dessus du niveau de la mer, a une exposition Nord-Est, les terrains sont composés d’argile expansible de couleur claire. La dénivellation est de 25% , la densité est de 5000 plants/hectare et le rendement est de 1 kg/cep.

La vigne Cerzito a une exposition à Sud, les terrains sont d’origine volcanique, de couleur sombre. La superficie est de 1 hectare, à une altitude de 440m au- dessus du niveau de la mer, dénivellation 15%, plantée en 2004. La densité est de 5000 plants/ h et le rendement est de 1kg/cep. La vendange est faite à la main dans les deux vignes et le raisin est entreposé dans des caisses de 15 kg. 20 à 25 jours de fermentation à une température de 28-30°, ensuite le vin est élevé en barriques de chêne neuf pendant 18 à 24 mois.

Les vins élaborés sont ceux mentionnés ainsi que le Terra D’Eclano, Irpinia Aglianico AOC, trois vins blancs Exultet, Fiano di Avellino AOCG ; Giallo D’Arles, Greco di Tufo AOCG ; et Via del Campo, Falanghina Irpinia AOC.

 

QUINTODECIMO VIGNA QUINTODECIMO

TAURASI RÉSERVE AOCG 2014

Robe rouge grenat.

Vin qui offre des arômes de l’enrobage de la dragée, légères notes végétales, chocolat, cerise confite, feuilles mortes et humus.

Savoureux au palais, on perçoit des saveurs de cerise, prune et chocolat. La structure est moyenne. En première impression l’acidité, l’alcool et les tanins sont en parfaite harmonie mais à la fin l’alcool et la fraîcheur s’alternent légèrement.

Les tanins sont doux, intenses (6/6-) et soyeux. Belle longueur de bouche, en finale note boisée, cerise confite et chocolat.

                                                                                                                                 90/100

QUINTODECIMO VIGNA QUINTODECIMO

TAURASI RÉSERVE AOCG 2009

Couleur rouge grenat

Nez orienté sur des notes fruitées de cerise, prune que viennent compléter des arômes floraux d’iris et de fleurs fanées. Le parcours olfactif continue avec des pointes de peinture à l’huile, menthe, eucalyptus et s’achève sur des touches de selle en cuir.

Le corps est moyen. En bouche saveurs de prune sèche.

Cru équilibré, l’alcool est maitrisé par l’acidité et les tanins qui sont doux, assez intenses (5/6), soyeux à l’ouverture ensuite légèrement asséchants sur la gencive supérieure. Longue persistance aromatique .

                                                                                                                               93/100

QUINTODECIMO VIGNA QUINTODECIMO

TAURASI RÉSERVE AOCG 2012

Il affiche un rouge rubis nuancé pourpre.

Arômes plaisants d’iris, prune mûre, menthe, eucalyptus, poivre noir, noix muscade, romarin, sauge, laurier, olive noire et pour terminer des pointes de cerise griotte noire.

En bouche il s’exprime sur l’olive noire . La structure est moyenne.

Bon équilibre entre l’alcool et la fraîcheur. Les tannins sont doux, assez intenses (5/6++), veloutés à l’ouverture et à la fin donnent une sensation de brûlure sur la gencive supérieure.

Vin qui a de l’allonge, finale boisée et de chocolat.

                                                                                                                               93/100

QUINTODECIMO VIGNA GRANDE CERZITO

TAURASI RÉSERVE AOCG 2009

Couleur rouge rubis nuancé grenat.

Un joli mélange d’arômes de prune séchée, foin sec, chlorophylle, menthe, eucalyptus, laurier, romarin, peau en fin de tannage et pour terminer des sensations de boîte de cigares.

Bouche savoureuse, plaisante de prune fraîche. Parfait équilibre entre les différents éléments alcool/ acidité/ tanins.

Consistance moyenne. Les tannins sont doux, intenses (6/6-) et veloutés.

Longue persistance , finale de chocolat.

                                                                                                                                    95/100

VIGNA GRANDE CERZITO

TAURASI RÉSERVE AOCG 2011

Mélange de rouge rubis et grenat.

Vin qui joue dans la sphère aromatique du chocolat que viennent compléter des notes florales, cerise mûre, menthe, eucalyptus, laurier, romarin, poivre noir, noix muscade et s’achève sur de plaisantes touches sucrées de tabac pour pipe.

Corps moyen, moins présent que dans le précédent 2009.

Vin qui se révèle tout d’abord équilibré mais à la fin on perçoit une légère instabilité entre alcool et fraîcheur.

Les tanins sont au maximum de l’intensité (6/6), doux, veloutés à l’ouverture ensuite légèrement asséchants sur la gencive supérieure.

Long en bouche .

                                                                                                                                91/100

 

VIGNA GRANDE CERZITO

AGLIANDO RÉSERVE AOCG 2012

Robe rouge rubis nuancée pourpre.

Un nez net, riche d’arômes de prune, poivre noir, noix muscade, menthe, eucalyptus, laurier, sauge, romarin, légères pointes de clou de girofle, boîte de cigares, réglisse et s’achève sur des touches de chocolat.

L’entrée en bouche révèle une plaisante prune et des notes sucrées.

Vin doté d’un corps moyen, et d’un bon équilibre. L’alcool est imperceptible maitrisé par l’acidité et les tannins qui sont doux, assez intenses (5/6+), épais, veloutés en première impression ensuite donnent une sensation de brûlure sur la gencive supérieure.

Longue persistance, finale de prune et chocolat.

Cru encore adolescent, les tanins devront se fondre un peu avec l’élevage en bouteille.

                                                                                                                                     93/100

La dégustation terminée, nous sommes rentrés à l’hôtel avant d’aller dîner au restaurant « Hidalgo » situé aux alentours de Merano. Le lendemain matin nous sommes revenus au Salon et avons dégusté d’autres vins italiens et slovènes. Nous nous sommes arrêtés au stand du Domaine Marjan Simcic , le cousin de Marjan , Ivan nous a gentiment proposé tous les crus de l’année 2015,des vins plaisants, jeunes dotés d’une copieuse fraîcheur. Nous sommes ensuite allés au stand du domaine Cecchi et avons apprécié le Coevo 2015, un vin incroyablement plus plaisant que les excellents 2006 et 2011. Un vin bien structuré et élégant.

J’ai également bien aimé les vins de la propriété de Biserno de Lodovico Antinori .Le « Pinot » est depuis toujours un joli vin . Le Biserno, au début, avait un boisé un peu trop présent qui au cours des années s’est atténué. Le « Lodovico » est un vin produit en quantité limitée, 100% Cabernet Franc, à un prix assez important. Ce cru confirme que la zone de Bolgheri est vouée au Cabernet Franc comme le démontrent d’autres vins comme le Matarocchio du Domaine Guado al Tasso , le Lavinia Maria du Domaine Argentiera et le Paleo de la Propriété les Macchiole.

J’aurais voulu prolonger mon séjour à Merano mais mes obligations professionnelles m’obligeaient de rentrer à Florence. Nous sommes repartis satisfaits d’avoir passé trois splendides journées à Merano mais   repensant à tout ce que nous n’avions pas eu le temps de faire . Nous avons donc quitté les montagnes enneigées et entrepris le voyage de retour qui a été plutôt compliqué à cause de la neige sur l’ Apennin Toscan- Émilien.

More from Paolo Baracchino

LE MERVEILLEUX MONDE DES BULLES MAISON VEUVE BLANCHE ESTELLE CONFIDENTIELLEMENT ENCRY

De nos jours, de plus en plus l’excellence italienne est démantelée et...
Read More